Skip to main content

Répondre aux situations d'urgence, quelles qu'en soient les causes ou la localisation, est une seconde nature pour le Programme alimentaire mondial (PAM).

La pandémie de coronavirus (COVID-19) perturbe le monde tel que nous le connaissons, provoquant des dégâts considérables sur les vies humaines et l’activité économique mondiale. Sa propagation rapide à l'échelle mondiale menace de toucher des millions de personnes déjà vulnérables en raison de l'insécurité alimentaire, de la malnutrition ainsi que des effets des conflits et d’autres catastrophes.

Afin de minimiser l'impact de cette pandémie sur les 138 millions de personnes qu'il entend aider cette année, le PAM adapte sa planification pour s'assurer que ces populations continueront à recevoir l'aide dont elles ont besoin.

La COVID-19 a provoqué des perturbations globales dans les systèmes de transport et les liaisons sur lesquels les intervenants sanitaires et humanitaires devraient normalement compter pour atteindre les zones touchées en cas de crise. Le PAM, fort d'une longue expérience et d'un vaste savoir-faire en matière d'intervention d'urgence, de logistique et de chaîne d'approvisionnement, travaille en étroite collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé, le système des Nations Unies, la communauté des ONGs et les gouvernements. Il utilise ses capacités et son savoir-faire logistiques pour intervenir et fournir ces services là où les capacités commerciales ne sont pas suffisantes, en veillant à ce que les cargaisons et le personnel sanitaires et humanitaires essentiels puissent être acheminés là où ils sont le plus nécessaires.

Le PAM met également son expertise dans les domaines de la collecte et de l'analyse des données, de l'appui aux politiques publiques et de plaidoyer au service des stratégies des gouvernements pour faire face aux conséquences à moyen terme de la pandémie.

Il s'agit notamment de travailler avec les gouvernements pour : renforcer et étendre les programmes de protection sociale afin de lutter contre la pauvreté, l'insécurité alimentaire et la malnutrition ; soutenir la production, le commerce, la distribution et la consommation alimentaires ; soutenir les systèmes de santé nationaux par l'amélioration des chaînes d'approvisionnement, la collecte de données et des services de nutrition ciblés pour les plus vulnérables ; et fournir des alternatives à l'alimentation scolaire lorsque les activités éducatives ont été suspendues à la suite de la pandémie.