Skip to main content

Les catastrophes naturelles comptent parmi les principaux facteurs de la faim et de la malnutrition dans le monde. Elles entraînent la perte de vies et de moyens d'existence, détruisent les habitations, les biens et les infrastructures de production et affectent la disponibilité de l'eau et de la nourriture. Les stratégies adoptées pour s'en sortir, comme la vente de bétail et d'outils contre de la nourriture ou le fait de retirer les enfants de l'école pour travailler, peuvent avoir des effets durables, en les enfermant dans un cycle de faim et de pauvreté.

Pour le Programme alimentaire mondial (PAM), agir pour prévenir les catastrophes, les réduire et s'y préparer constitue un pan essentiel de sa mission de combattre la faim dans le monde. En effet, les programmes du PAM dans les pays intègrent des actions dédiées pour faire face aux risques de catastrophes climatiques et atténuer leurs répercussions sur la sécurité alimentaire. Cependant, il reste encore beaucoup à faire étant donné que le nombre de catastrophes, induites par des aléas naturels, augmente avec le temps. Dans le prolongement de cette tendance, des catastrophes liées au climat se sont produites, avec 334 événements catastrophiques par an en 2000-2019 contre 182 événements par an en 1980-1999.

Le changement climatique devrait exacerber les phénomènes météorologiques extrêmes et accroitre le risque de catastrophes climatiques, ainsi que la vulnérabilité des communautés aux risques naturels résultant de la dégradation des écosystèmes, des réductions de la disponibilité de l'eau et de la nourriture et des changements dans les moyens de subsistance.

La politique du PAM sur la réduction et la gestion des risques de catastrophe s'engage à prévenir la faim et la famine et à investir dans la préparation aux catastrophes et les mesures de prévention . Depuis 2011, cette politique guide l'action du PAM pour soutenir la mise en œuvre du cadre international des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, le Cadre de Sendai, aux niveaux mondial, gouvernemental et communautaire.

Le PAM soutient des activités qui réduisent les risques de catastrophe dans les communautés, tout en améliorant leur sécurité alimentaire. Celles-ci comprennent la conservation des sols et de l'eau, le développement d'infrastructures de protection contre les inondations et de drainage, la construction d'étangs et de réservoirs communaux et le terrassement des pentes sujettes à l'érosion et aux glissements de terrain.