Le phénomène internet FreeRice propose de nouveaux jeux pour la rentrée

Publié le 31 août 2008
ROME – Le phénomène du jeu de vocabulaire en ligne, FreeRice, qui a fasciné des millions de personnes dans le monde, se tourne à présent vers une passionnante série de nouveaux jeux, comprenant les arts, les mathématiques, les langues et la chimie.

« Le jeu FreeRice a montré qu’avec un simple clic, on peut faire beaucoup pour aider ceux qui ont faim » a déclaré Nancy Roman, la directrice de la communication du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). « Pour l’utilisateur, c’est ludique, gratuit et permet de faire une différence. »

Depuis son lancement en octobre 2007, FreeRice connaît un succès fulgurant et son jeu de vocabulaire ingénieux, qui génère un don de riz au PAM à chaque réponse juste, attire de plus en plus d’utilisateurs.

Avec le lancement de nouveaux jeux sur le site, les joueurs pourront désormais tester leurs connaissances des multiplications, des capitales mondiales, des symboles chimiques, des langues étrangères et de peintres célèbres. À chaque réponse correcte, un don de 20 grains de riz parvient au PAM.

« Ces nouveaux jeux vont réellement porter le phénomène FreeRice à la vitesse supérieure » a déclaré John Breen, le concepteur du site. « Les élèves et enseignants du monde entier ont adoré le jeu de vocabulaire. Maintenant, avec la rentrée des classes, les élèves auront la possibilité de tester leurs compétences et leurs connaissances dans de nouvelles disciplines, variées et passionnantes. »

Le nombre de visiteurs du site FreeRice (http://www.freerice.com) a culminé l’année dernière avec 500 000 visiteurs par jour et le site est toujours fréquenté quotidiennement par près de 40 000 personnes. Depuis son lancement il y a dix mois, le jeu a généré de plus de 40 milliards de grains de riz pour le PAM – suffisamment pour nourrir plus de 2 millions de personnes pendant une journée.

L’arrivée en ligne de nouveaux jeux permettra d’attirer plus de joueurs et d’augmenter les dons de riz aux personnes souffrant de la faim dans le monde. Jusqu’à présent, les dons engendrés par le site FreeRice ont permis de nourrir des personnes affamées au Bangladesh, en Ouganda, au Népal, et, plus récemment, en Birmanie, où des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans abri après le passage du cyclone Nargis au mois de mai dernier.

Par ailleurs, le Berkman Center for Internet & Society de l’université de Harvard, aux États-Unis [http://cyber.law.harvard.edu], a proposé de fournir des serveurs pour accueillir le site FreeRice et de travailler avec John Breen au développement de nouvelles idées et de nouveaux contenus. Jusqu’à présent, Breen fournissait les soutiens serveurs pour FreeRice en utilisant ses propres fonds. «

John Breen a donné naissance à une architecture financière et conceptuelle exprimée par le biais d’Internet et qui intègre l’éducation, la publicité de marque et la philanthropie, tout en rendant réellement service aux élèves et aux enseignants » a déclaré Charles Nesson, le fondateur du Berkman Center. « Nous espérons nous agrandir et développer ce phénomène ».

Les fonds destinés à l’achat du riz pour le PAM proviennent de donateurs du secteur privé qui paient pour de la publicité sur le site FreeRice. Les derniers en date à s’être inscrits sont le groupe alimentaire américain YUM ! et la multinationale de biens de consommation, Unilever. Les deux entreprises soutenaient déjà le PAM auparavant.