Skip to main content

Dix ans plus tard, les Syriens ravagés par la guerre font face à leur pire crise alimentaire

Photo: PAM/Abeer Etefa, Une femme déplacée avec sa famille de Douma dans la campagne de Damas à Adra, nourrit sa fille de 18 mois pour le déjeuner.
Photo: PAM/Abeer Etefa, Une femme déplacée avec sa famille de Douma dans la campagne de Damas à Adra, nourrit sa fille de 18 mois pour le déjeuner.
DAMAS – Après une décennie de bouleversements, de conflits et de déplacements, les Syriens sont confrontés aux pires conditions humanitaires depuis le début de la crise, avec des millions de personnes ayant sombré dans la faim au cours de l'année dernière seulement, selon le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

“Ce conflit a fait des ravages énormes sur le peuple syrien. Chaque jour, de plus en plus de Syriens sont plongés dans la faim et la pauvreté,” a déclaré Sean O'Brien, Représentant et Directeur du PAM en Syrie. “Les familles sont confrontées à des choix impossibles: vont-elles mettre de la nourriture sur la table ou achèteront-elles les soins de santé dont elles ont besoin ? Ou vont-elles envoyer leurs enfants à l'école ? Sans assistance soutenue, ces familles ne peuvent tout simplement pas survivre.”

Les Syriens sont confrontés à de multiples chocs, notamment l'effondrement de la livre syrienne, son impact sur le prix des produits de base, les retombées de la crise financière du Liban, ainsi que les hostilités en cours et les déplacements à grande échelle. La pandémie de COVID-19 a encore aggravé la situation en matière de sécurité alimentaire.

Quelque 4,5 millions de personnes ont sombré dans la faim et l'insécurité alimentaire au cours de l'année dernière seulement. 

Une évaluation récente du PAM et de ses partenaires estime qu'un nombre record de 12,4 millions de Syriens - près de 60 pour cent de la population - souffrent aujourd'hui d'insécurité alimentaire et de faim, soit le double du nombre par rapport à 2018. L'étude a également révélé que le nombre de personnes qui ne peuvent survivre sans assistance alimentaire a doublé en un an, atteignant 1,3 million de personnes.

Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de plus de 200 % rien que l’année dernière. Les familles rapportent que, même pendant les pires années de conflit, la vie n'a jamais été aussi dure qu'aujourd'hui. Les parents disent qu'ils n'ont pas mangé de viande et de fruits depuis des mois, car les prix des aliments de base ont grimpé en flèche.

Le PAM a fourni une aide alimentaire mensuelle à près de 5 millions de personnes en Syrie au cours des dix dernières années, en utilisant tous les moyens disponibles pour atteindre les personnes dans le besoin. Le PAM fournit également une assistance à plus de 1,5 million de réfugiés syriens en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Iraq et en Égypte. Ces cinq pays voisins accueillent plus de 5,6 millions de Syriens, le plus grand groupe de réfugiés au monde.

La pandémie du COVID-19 et le ralentissement économique qui en a résulté, ont poussé des centaines de milliers de réfugiés syriens de la région plus profondément dans la pauvreté. Dans le même temps, dans les cinq pays accueillant des réfugiés, le PAM fait face à des déficits de financement et pourrait bientôt être contraint de choisir entre fournir des rations réduites ou donner la priorité aux plus vulnérables uniquement.

“Après 10 ans, il y a beaucoup de fatigue, à la fois des pays accueillant des réfugiés et les pays donateurs qui doivent faire face à la pandémie COVID-19 et ses effets sur leurs économies. Mais le peuple syrien ne peut plus le supporter. Nous ne devons pas les oublier. Si nous le faisons, cela signifiera perdre des vies,” a déclaré la Directrice régionale du PAM pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Corinne Fleischer.

Dans toute la région, les progrès réalisés au cours des dix dernières années pour améliorer la sécurité alimentaire sont déjà en train de s'inverser. Au Liban - où le PAM aide près de 900 000 réfugiés syriens - la récession économique, la forte inflation, la COVID-19 et enfin l'explosion de Beyrouth ont poussé le nombre de familles de réfugiés syriens vivant sous le seuil d'extrême pauvreté à 89 % en 2020, en hausse de 55 pour cent en une année seulement. La moitié de tous les réfugiés syriens dans le pays sont en situation d'insécurité alimentaire, contre 29 % en 2019.

“Nous sommes reconnaissants envers nos donateurs, qui nous ont soutenus au fil des ans, permettant au PAM de continuer à mettre de la nourriture sur la table pour des millions de familles syriennes à l'intérieur et à l'extérieur de la Syrie. Nous ne pouvons pas nous arrêter maintenant. Le soutien au peuple syrien est essentiel à la stabilité régionale et internationale,” ajoute Fleischer.

Les États-Unis, l’Allemagne et la Commission Européenne ont été les principaux donateurs du PAM au cours de la dernière décennie, fournissant un total de 6,8 milliards de dollars pour les opérations en Syrie et dans les pays voisins.

Télécharger des photos

Télécharger le communiqué de presse vidéo

#                     #                          #

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est le lauréat du prix Nobel de la paix 2020. Plus grand organisme humanitaire au monde, il sauve des vies en situations d'urgence et utilise l'assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d'un conflit ou d'une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique. 

 

Suivez-nous sur Twitter @wfp_media et @wfp_mena

 

Thèmes

République arabe syrienne Conflits Urgences Sécurité alimentaire

Contact

Pour plus d'informations, veuillez contacter (email : prénom.nom@wfp.org):

Martin Penner, WFP/ Rome, Mob. +39 345 614 2074

Tomson Phiri, WFP/ Geneva, Mob. +41 79 842 8057

Abeer Etefa, WFP/Cairo, Mob. +20 106 6663 4352

Jessica Lawson, WFP/Syria, Mob. +963 965 077 834