Skip to main content

Journal de Gaza : "Si la mort ne vient pas des frappes aériennes, elle viendra de la faim"

Hind Khoudary du Programme alimentaire mondial à Gaza, raconte un quotidien difficile dans la bande de Gaza pendant et après la brève pause humanitaire
, Hind Khoudary

Après sept semaines de bombardements incessants qui ont laissé 80 pour cent de la population de Gaza – soit 1,8 million de personnes – déplacées, piégées et gravement affamées, une pause humanitaire d'une semaine est entrée en vigueur, offrant un répit temporaire et permettant une certaine aide dans la petite enclave décimée et entièrement détruite, où les quantités de nourriture, d'eau, de médicaments et tous les produits de première nécessité sont dangereusement basses.

Hind, originaire de Gaza, s'est donné pour mission de partager les histoires de son peuple. Dans ce récit, elle témoigne des souffrances qui frappent Gaza et de la façon dont elle et d’autres survivent. Pendant des semaines, Hind a rendu compte de la vie à Gaza. Ci-dessous, elle partage son histoire de déplacement, la perte de sa maison, des jours sans nourriture, de la perte d'espoir et parfois du retour de l'espoir. 

Three Palestinian women sit on the floor with children making bread in a camp for displaced people
Une famille palestinienne déplacée vivant désormais dans un camp de fortune dans le sud de Gaza, sans eau, sans électricité et sans nourriture suffisante. Photo : PAM/Ali Jadallah

24 Novembre
Je me suis réveillée aujourd'hui dans un silence inconnu. L’absence d’avions de guerre, de drones et de bombes. L’incertitude que cela durerait me mettait mal à l’aise.

Le premier jour de la pause temporaire, nos pas nous ont conduits à l'hôpital des martyrs d'Al Aqsa, où des ambulances transportaient des civils blessés par balle sur une route censée être sûre. "Nous voulions rentrer chez nous", a crié un homme blessé à la jambe droite.
Les gens criaient, les médecins étaient pressés de sauver de l'amputation les blessés aux membres inférieurs. Les sols de l’hôpital, autrefois impeccables, étaient désormais peints aux couleurs du sang versé. Alors que je regardais autour de moi le sol imbibé de sang, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander : "Où est le cessez-le-feu ?"

a woman in a dark coat and head scarf walks among rubble in Gaza
Les bombardements incessants ont décimé des maisons et des bâtiments à Gaza, et des familles vivent désormais au milieu des décombres et recherchent des débris pour allumer un feu et cuisiner. Photo : PAM/Ali Jadallah

Ce jour-là, au moins 17 Palestiniens ont été blessés. Pourtant, à mesure que la journée avançait, une normalité troublante s’est installée – un silence qui ne semblait pas se soucier des actes impitoyables qui ont fait des dizaines de morts ou de blessés palestiniens dès le premier jour de ce prétendu répit.

Au milieu de ces scènes déchirantes, j'ai décidé de chercher du réconfort sur les rives de Gaza, aspirant à la vue calme de la mer et au rythme apaisant des vagues. Le rivage m'était étranger depuis six semaines. Pieds nus sur le sable, j'ai pris une profonde inspiration. Tout ce que j'espère, c'est la fin de la violence.

barefoot families on the shore of Gaza during humanitarian pause
L'auteur et les familles palestiniennes profitent d'un peu de répit sur la côte de Gaza au premier jour de la pause humanitaire (24 novembre). Photo de l'auteur

Les enfants nageaient dans la mer, riaient et jouaient – ​​apparemment inconscients de la guerre. Les habitants de Gaza avaient l'habitude de se rassembler au bord de la mer pour pique-niquer avec leurs amis et leur famille, mais aujourd'hui, il n'y avait pas de pique-nique. L’absence de nourriture mettait en évidence le contraste saisissant entre les joies ordinaires de la vie passée et la sombre réalité du conflit.

25 Novembre
L’accord pour une pause humanitaire visait à autoriser l’aide dans la bande de Gaza. Et pourtant, les rayons des supermarchés étaient vides. Les gens cherchaient du sel, de la levure et de la farine de blé pour faire du pain. Tout le monde cherchait désespérément des moyens de réintroduire le pain dans sa vie, dans les supermarchés ou dans la rue – mais personne n’y parvenait.

Une pancarte agrafée à l’entrée d’un supermarché disait : « NOUS N’AVONS NI LEVURE NI SEL ».

Nous sommes allés au marché de Deir El Balah à la recherche de nourriture, mais nous n’en avons pas trouvé. Tomates, concombres, oignons, aubergines et oranges sont tout ce que vous pouvez trouver. Nous avons même cherché des vêtements d'hiver et des couvertures ; nous n’en avons pas trouvé.

Si certains supermarchés avaient quelque chose dans leurs rayons, c'était du savon et du shampoing.

Les gens vont encore dans les magasins, parcourent les allées dans l’espoir de trouver tout ce qu’ils pourront apporter à leurs enfants avides de sucreries. Mais comment apaiser un enfant qui réclame du chocolat quand on ne peut même pas lui faire du pain ?

Il n’y a pas assez de nourriture ou d’aide qui parviennent à toute la population de la bande de Gaza.

 

18:00:
J'ai découvert que ma maison avait été bombardée en regardant une vidéo partagée par quelqu'un sur Instagram. Je suis toujours dans le déni. Je ne le croirai pas tant que je ne le verrai pas de mes propres yeux. Mais je ne peux pas.

La maison est à quelques minutes, mais je ne peux même pas aller chercher mes affaires car les gens n'ont pas le droit d'y aller. Gaza est une enclave assiégée depuis 2007 et les Palestiniens doivent faire face au manque de liberté de mouvement à l'intérieur de la bande, ou pour la quitter.

Un cessez-le-feu temporaire sans rentrer chez soi était cruel. Ce n'est pas seulement moi. "Pouvons-nous rentrer chez nous ?", est la seule question que tout le monde se pose. Ne pas pouvoir rentrer chez moi me rendait triste et déprimée.
Mais l’incapacité à se mobiliser du nord au sud de Gaza a été plus étouffante que les bombardements.


Au cours de la pause humanitaire de sept jours, le PAM et ses partenaires ont réussi à intensifier leur aide et à atteindre les populations vivant dans des zones qui ont été coupées de l'aide pendant des semaines. Des centaines de camions d’aide humanitaire sont entrés dans Gaza, mais cela n’a pas suffi face à la catastrophe qui se déroulait.

Puis les combats ont repris, et avec eux davantage de déplacements, de risques de famine et de maladies.


1er Décembre

Vendredi à 7 heures du matin, nous nous sommes réveillés au son des explosions et des drones bourdonnant dans le ciel.

On savait que ça allait arriver, mais personne n’était prêt à ce que tout ça recommence après sept jours de calme sans le bourdonnement des drones.

Les avions de combat israéliens ont commencé à lancer de multiples raids aériens sur Gaza, ciblant les zones résidentielles partout dans la bande de Gaza. Les explosions n'ont pas cessé depuis la reprise des combats. Les bombardements d’artillerie, les tirs de drones, d’avions de guerre et de canonnières n’ont pas cessé.

Au cours des premières 24 heures, au moins 200 Palestiniens ont été tués. Des milliers de personnes restent sous les décombres, là où les équipes de la protection civile ne peuvent pas secourir toutes ces personnes.

Cependant, les forces israéliennes ont publié une carte avec des numéros de bloc. Chaque zone a reçu un numéro de bloc, où ils commenceront à donner à chaque bloc des instructions pour évacuer. Mais personne ne sait à quel bloc leur maison a été attribuée et personne ne sait où aller. Ils courent d'une zone bombardée à une autre.

Les gens étaient frustrés et terrifiés, ils avaient déjà été déplacés de chez eux vers des zones de Gaza dont on leur avait dit qu'elles seraient sûres. Mais la réalité est la suivante : à Gaza, aucun endroit n’est sûr. Les gens fuient d’une mort à l’autre.

plumes of smoke over bombarded city
Les bombardements incessants sur Gaza ont déplacé plus de 85 pour cent de la population. Photo : PAM/Ali Jadallah

Si la mort ne vient pas des frappes aériennes, elle viendra de la faim.

Aujourd'hui, nous partagions une bouteille de jus qu'une amie a réussi à trouver. Nous étions en train de rationner la bouteille entre nous lorsqu'une explosion massive s'est produite de manière inattendue près de chez nous, nous nous sommes rapprochées craignant une autre explosion. C'était la dernière bouteille de jus que nous avions en stock. Je n’ai pas réussi à boire une gorgée.

Aujourd'hui, j'avais extrêmement faim. La seule chose que j’ai pu trouver était du zaatar (thym) et du pain que la mère de mon amie préparait au feu de bois. Pour obtenir de la farine de blé pour faire du pain, les familles peuvent payer des sommes astronomiques. Dans une zone de Gaza, un sac de farine de blé – une trouvaille rare de nos jours – coûtait 400 NIS (107 dollars).

Les options alimentaires appartiennent désormais au passé. Nous ne choisissions plus quoi manger, nous mangeons ce qui est disponible.

J'avais envie de quelque chose de sucré. Cela fait tellement longtemps que j'en ai oublié le goût des crêpes à la banane.

4 Décembre 
Nous sommes officiellement à court de nourriture. Nous sommes allés au marché chercher quelque chose à manger et sommes revenus avec des concombres. Nous sommes épuisés, déshydratés, affamés et nous avons froid.

Les habitants de la ville de Gaza n’ont même pas la liberté de chercher de la nourriture. Quiconque bouge, risque sa vie. Les voisins ouvrent leurs portes pour partager ce qu'ils ont. 

Maintenant que la zone centrale de Gaza a été isolée, aucune aide n’y est entrée. Les gens demandaient à déménager, mais nous n’avons aucun moyen de partir ni nulle part où aller. La situation est plus dévastatrice que jamais.

Nous mourons de faim. Nous sommes piégés. Nous sommes soumis à des explosions incessantes, à des frappes aériennes, à des bombardements d’artillerie et à des tirs de canonnières. Tout, partout, tout à la fois.

Nous n’avons pas accès à l’eau – même à l’eau sale – à l’électricité, à la nourriture, à rien.

people queueing to fill up jerry cans with water in Gaza
Les habitants de Gaza contraints de vivre dans des camps de fortune dans le sud de Gaza font la queue pour remplir des jerrycans d'eau. Photo : PAM/Ali Jadallah

Hier, le premier repas que nous avons pris était à 20 heures. J’avais faim toute la journée mais je n’en ai parlé à personne car tout le monde a faim.

Aujourd'hui, ce matin, nous avons mangé du pain pour le petit-déjeuner. Mais je ne peux m'empêcher de penser :  "Quand est-ce que cela se terminera ? Quand rentrerons-nous à la maison ?" - malgré les bombardements de nos maisons. Rien n'existe. Rien ne semble pareil. Il pleut maintenant, je viens d'entendre une frappe aérienne.

Les gens sont tendus, fragiles et ils ont froid. Ils n’ont pas de vêtements d’hiver, lorsqu’ils ont évacué, ils n’ont pas eu le temps de prendre leurs vêtements, leurs affaires, leurs objets aimés.

Moi non plus. Quand je suis sortie de la maison, je suis sortie comme si j'allais travailler et revenir. J'ai fini par ne plus jamais revenir.

Tout est déchirant et bouleversant. Tous ces bébés, ces enfants et ces cadavres.

Je déteste les sirènes de l'ambulance. Je déteste voir la pluie parce que je sais que tout le monde tremble, il fait très froid.

WFP trucks deliver food assistance in Palestine
La nourriture apportée pendant la pause humanitaire n'était pas suffisante pour répondre aux besoins croissants de la population de Gaza. Photo : PAM/Ali Jadallah

Nous n'avons pas eu d'électricité depuis les premiers jours. J'ai oublié ce que signifie l'électricité.

Dormir sur mon lit me manque. Ma mère me manque. Ma famille me manque. Je n’ai pas pu les voir pendant plus de deux heures au cours des 60 derniers jours.

La violence augmente de jour en jour. De plus en plus de gens sont tués, affamés. Nous sommes témoins de tout cela et nous ne pouvons rien faire.

C’est navrant de vivre cela sans aucune fin en vue. Il m’est difficile d’accepter que je ne puisse rien faire d’autre que d’être témoin de ce carnage, avec tous les autres habitants de la bande de Gaza.

 

En savoir plus sur notre réponse d'urgence à Gaza
 

Maintenant c’est le
moment d’agir

Le PAM dépend entièrement des contributions volontaires, ainsi chaque don compte.
Faites un don aujourd’hui