Skip to main content

Le climat aggrave la faim à Madagascar, les mauvaises pluies annoncées suscitent la peur et le désespoir

PAM/Tsiory Ny Aina Andriantsoarana, Prise du périmètre brachial d'une petite fille, avant la distribution alimentaire à Ankilimanondro, Madagascar.
PAM/Tsiory Ny Aina Andriantsoarana, Prise du périmètre brachial d'une petite fille, avant la distribution alimentaire à Ankilimanondro, Madagascar.
ANTANANARIVO – Alors que les discussions sur le climat se poursuivent à Glasgow, les familles du sud de Madagascar, où le climat entraîne des conditions similaires à une famine, se préparent à une nouvelle année difficile, car la sécheresse en cours ne montre aucun signe d’amélioration, signalant une aggravation de la faim.

La sévère crise alimentaire touche plus de 1,1 million de personnes dans le sud de Madagascar, dont 14 000 sont au bord de la famine. La situation, déjà alarmante, devrait s'aggraver d'ici la fin de l'année avec un nombre de personnes au bord de la famine qui devrait doubler.

"Le changement climatique a fait que de nombreuses familles qui pouvaient vivre de la terre il y a 15 ans sont maintenant tombées dans une grave crise alimentaire. Les familles cherchent à survivre et beaucoup ne vivent que de l'aide alimentaire qu'elles reçoivent", a déclaré Menghestab Haile, Directeur Régional du PAM pour l'Afrique australe. "J'ai récemment rencontré une mère qui m'a dit qu'elle avait perdu son bébé de huit mois à cause des graines de fruits de cactus qui s'étaient accumulées dans son estomac. Le visage de la faim dans le sud de Madagascar est horrible".  

La sécheresse a entraîné la disparition totale des sources de nourriture, laissant des familles visiblement affamées avoir recours à des mesures de survie telles que la consommation d’insectes, de feuilles de cactus et autres feuilles sauvages, généralement utilisées pour nourrir le bétail. Les enfants vulnérables paient le prix de la crise. La malnutrition chez les moins de cinq ans devrait quadrupler, franchissant la barre du demi-million d'ici avril 2022.  

"Le nombre d'enfants malnutris qui se rendent dans les centres de santé du sud de Madagascar a doublé par rapport à la même période l'année dernière. Beaucoup d'entre eux sont trop faibles pour rire ou pleurer, encore moins pour jouer et apprendre », a déclaré Anna Horner, Responsable du Financement de l'innovation nutritionnelle au PAM, qui a récemment visité le sud de Madagascar. "Les dommages physiques et mentaux causés par la malnutrition sur les enfants peuvent être irréversibles. C'est déchirant de voir autant de jeunes souffrir inutilement de la faim et de la malnutrition." 

Au cours de la décennie la plus chaude jamais enregistrée, Madagascar a souffert de températures exceptionnellement élevées, d’insuffisance des précipitations et de tempêtes de sable inattendues qui ont recouvert les champs, anéanti les cultures et les récoltes, bien en-dessous de la moyenne. En avril 2021, 70 % du Grand Sud était touché par la sécheresse et la production alimentaire ne représentait qu'un tiers de la moyenne des cinq dernières années. La sécheresse annoncée pour le début de la prochaine saison agricole signifie que les familles ne pourront pas immédiatement procéder au semis et que leur accès à la nourriture et à une source de revenus seront compromis. En plus d'une situation déjà désastreuse, une récente recrudescence des criquets devrait affecter environ 400 000 hectares de terres.

Le PAM apporte une assistance d’urgence à environ 700 000 personnes par mois avec des distributions de vivres et de produits nutritionnels pour les femmes enceintes ou qui allaitent un enfant, et les enfants. Au-delà de l'assistance d'urgence, le PAM, en collaboration avec le gouvernement, met également en œuvre des activités de renforcement de la résilience à long terme, qui aident les communautés à s'adapter aux changements climatiques. Les activités incluent des projets d’accès à l'eau, de reboisement, de stabilisation des dunes et un soutien économique comme l'accès à des programmes d’assurance agricole en cas de mauvaise récolte. 

En septembre, 3 500 ménages ont reçu 100 dollars d’indemnité d’assurance chacun pour compenser les pertes de la récolte de maïs. Le paiement a aidé ces familles à subvenir à leurs besoins en dépit de leur perte agricole.   

Le PAM vise à intensifier sa réponse dans le sud de Madagascar et pour cela a un besoin urgent de 69 millions de dollars au cours des six prochains mois. Le PAM est de plus en plus préoccupé par la situation à Madagascar et tire la sonnette d'alarme sur cette crise alimentaire, l'une des potentielles nombreuses crises alimentaires liées au climat dans le monde.

 

Note aux éditeurs:
Les photos haute résolution sont disponibles ici
Des vidéos sont disponibles ici 
Plus d’informations sur le programme de micro-assurance du PAM ici

#                 #                   #

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, qui est le plus grand organisme humanitaire au monde, œuvre à sauver des vies en situations d’urgence et utilise l'assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d'un conflit ou d'une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique.

 

Suivez-nous sur Twitter @WFP_FR @PamMadagascar

Thèmes

Madagascar Climat Sécurité alimentaire

Contact

Pour plus d'informations, veuillez contacter (email: prénom.nom@wfp.org)

Alice Rahmoun, WFP/Antananarivo,
Tel. + 261 32 23 633 57

Claudia Altorio, WFP/Johannesburg,
Mob: +27 82 908 1448

Isheeta Sumra, WFP/ Rome,
Mob. +39 347 1814 398

Marie Dasylva, WFP/Dakar
Mob. +221 776 381 300