Skip to main content

Alerte famine: la faim, la malnutrition et la réponse du PAM face à cette autre pandémie mortelle

Un aperçu des facteurs à l'origine d'une catastrophe imminente, où 34 millions de personnes risquent de mourir de faim - et le besoin urgent de 5,5 milliards de dollars américains pour l'éviter
, par Livia Hengel
Nigeria
Nigéria: la circonférence du haut du bras d'une fillette de 11 mois est mesurée dans une clinique soutenue par le PAM à Maiduguri en septembre - le rouge indique qu'elle souffre d'une malnutrition extrême. Photo: PAM/Oluwaseun Oluwamuyiwa

Aujourd'hui, 34 millions de personnes dans le monde sont au bord de la famine - et le moindre choc pourrait les faire basculer. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) travaille 24 heures sur 24 pour éviter la famine, mais nous avons un besoin urgent de 5,5 milliards de dollars américains pour ce faire. Le prix de l'inaction face aux besoins alimentaires croissants sera inévitablement mesuré en termes de vies perdues.

Malheureusement, au moment où une famine est déclarée, il est déjà trop tard. Des milliers de personnes meurent déjà de faim. Le Yémen, le Soudan du Sud et le nord du Nigéria sont les pays les plus touchés. Ils font face à des niveaux catastrophiques de faim aiguë, selon le nouveau rapport Hunger Hotspots publié par le PAM et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. 

Mais quels sont les facteurs en jeu, pourquoi la famine est-elle même un enjeu mondial au 21ème siècle alors que la nourriture est abondante, et comment peut-elle être définitivement reléguée au passé ?

Qu'est-ce que la famine ?

La famine est déclarée lorsque la malnutrition est généralisée, et que les gens commencent à mourir de faim faute d'accès à une nourriture suffisante et nutritive. L'inégalité est un facteur critique, rendant une alimentation de base hors de portée pour des millions de personnes à faibles revenus.

Il est déclaré dans une zone où au moins 20 pour cent des ménages sont confrontés à des pénuries alimentaires extrêmes, au moins 30 pour cent des enfants souffrent de malnutrition aiguë et le taux de mortalité quotidien par famine, ou une combinaison de malnutrition et de maladie, dépasse 2 personnes pour 10000.

Dans un monde où la production alimentaire ne cesse d'augmenter, il n'y a aucune raison pour que les humains continuent à subir ce sort.

A mother and her children in a WFP-supported clinic in Aden in October. Photo: WFP/Alaa Noman
Yémen: une clinique soutenue par le PAM à Aden en octobre. Photo: PAM/Alaa Noman
Où les famines ont-elles été déclarées?

Bien que la majorité des personnes touchées vivent dans des pays d'Afrique, la faim aiguë devrait augmenter fortement dans la plupart des régions du monde, du Moyen-Orient à l'Amérique latine et aux Caraïbes.

Les famines ont tendance à se produire dans les zones où l'accès humanitaire est limité. Dans certaines parties de quatre pays - le Yémen, le Soudan du Sud, le Burkina Faso et le nord-est du Nigéria - selon le Cadre intégré de classificiation de l'insécurité alimentaire aigüe (IPC), 155 000 personnes au total risquent directement de mourir de faim. Dans chacun de ces quatre pays, les conflits, l'insécurité et les déplacements qui en résultent font grimper les niveaux de faim aiguë.

Plus de 34 millions de personnes sont actuellement au bord de la famine et risquent de mourir de faim, contre 27 millions de personnes en 2019, en Afghanistan, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Éthiopie, Haïti, Honduras Nigéria, Soudan du Sud , Soudan, Ouganda, Venezuela, Yémen et Zimbabwe. 

Avec un financement et un accès suffisants, le PAM possède l'expertise nécessaire pour fournir une assistance alimentaire et nutritionnelle vitale à tous ceux qui risquent la famine en 2021.

south sudan
Soudan du Sud: l'aide alimentaire du PAM arrive à Bilkey Payam, dans l'État de Jonglei, en janvier - les habitants ne peuvent pas accéder à leurs pâturages en raison du conflit. Photo: PAM/Theresa Piorr
Pourquoi les famines continuent-elles de se produire ?

Aujourd'hui, le conflit est le principal moteur de la famine, tandis que le changement climatique et les retombées de la COVID-19 contribuent à une forte augmentation de la faim. Ces nouvelles réalités ont radicalement changé la façon dont le PAM évalue et réagit à la famine.

Les mesures visant à freiner la propagation du COVID-19 ont frappé les économies du monde entier, poussant des millions de personnes dans le chômage et la pauvreté et laissant les gouvernements et les donateurs avec moins de ressources pour répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels des plus vulnérables.

Food assistance South Sudan
Soudan du Sud: l'État de Jonglei est une zone de grande préoccupation pour le PAM. Photo: PAM/Theresa Piorr

 

Que fait le programme alimentaire mondial?

L'outil le plus puissant que le PAM puisse déployer pour sauver des vies face à la famine est l'aide alimentaire d'urgence. Tant que les pays seront confrontés à des urgences humanitaires et à des niveaux aigus d'insécurité alimentaire, cette forme d'assistance - qu'elle soit en nourriture ou monétaire - restera essentielle pour atténuer ou éviter les effets directs de l'insécurité alimentaire et de la famine à court terme. Au Yémen, la plus grande intensification de l’aide alimentaire du PAM, qui est passée de 1 million de personnes en 2015 à près de 13 millions en 2019, a contribué à éviter la famine il y a deux ans.

WFP chopper in Burkina Faso
Burkina Faso: le service aérien de l'ONU, UNHAS, géré par WFP Aviation, permet l'accès humanitaire à des endroits éloignés tels que Fada N'Gourma dans la région de l'Est, photographié en février. Photo: PAM/Esther Ouoba

La présence sur le terrain du PAM, l’ampleur de ses opérations, et son expertise de pointe acquise au fil des décennies de lutte contre la faim, placent l'organisation dans une position unique pour arrêter la famine. En utilisant une technologie de pointe, le PAM signale les situations dans lesquelles les circonstances se détériorent rapidement, fournissant des informations qui éclairent la bonne réponse pour garantir que nous atteignions ceux qui en ont un besoin urgent.

Au Soudan du Sud et au nord-est du Nigéria, entre autres pays, le PAM a mis en place un mécanisme de réponse rapide, avec des équipes d'intervention mobiles qui atteignent les personnes souffrant de la faim dans des zones reculées et isolées. En voyageant généralement par hélicoptère, les équipes d'intervention mobiles enregistrent les personnes afin que le PAM puisse transporter de la nourriture, des aliments nutritionnels et autres formes d'assistance par route, rivière ou parachutage, là où il n'y a pas d'autre accès.

Les capacités logistique et de chaîne d’approvisionnement du PAM facilitent le transport d’énormes quantités de nourriture là où elles sont le plus nécessaires - dans les cas extrêmes à l’aide de parachutages et de ponts aériens. Chaque jour, le PAM a 5 600 camions, 30 navires et 100 avions en mouvement; chaque année, le PAM distribue plus de 15 milliards de rations alimentaires.

L'élimination de la menace de la famine et la prévention complète de celle-ci nécessiteront ensuite des interventions à plus long terme et plus complexes, comprenant le renforcement de l'éducation, de la nutrition, de la résilience des moyens de subsistance et des systèmes de protection sociale, tels que les programmes d'alimentation scolaire.

Que doit-il se passer ensuite ?

Nous avons besoin de 5 milliards de dollars de toute urgence pour fournir à tous ceux qui risquent la famine en 2021 - au moins 30 millions de personnes - une aide alimentaire et nutritionnelle vitale. Cela représente environ un tiers des besoins totaux en ressources du PAM. Sans cela, nous ne pouvons atteindre les personnes dont la vie dépend de notre soutien. Au Yémen par exemple, le PAM va sûrement devoir réduire l'aide nutritionnelle de 1,1 million d'enfants et de mères à partir de juin, tandis que 5 millions de personnes risquent de voir leur aide alimentaire d'urgence réduite en mai. Les résultats pourraient être catastrophiques.

En savoir plus sur le travail du PAM pour prévenir la famine