Skip to main content

Tchad: hausse de 9% de la production agricole

Tchad: hausse de 9% de la production agricole
N’DJAMENA - La campagne agricole 2014/2015 est qualifiée de moyenne à bonne par rapport aux statistiques quinquennales au Tchad. Elle est estimée à 2.6 million de tonnes, soit une hausse d’environ 9%. C'est ce que révèle l’Enquête nationale sur la sécurité alimentaire (ENSA) menée sur un échantillon aléatoire de presque 7000 ménages répartis dans la majorité des 67 départements afin d’identifier les zones de vulnérabilité des ménages au Tchad.

Malheureusement, cette hausse n’implique pas nécessairement une amélioration de la sécurité alimentaire du Tchad à cause du démarrage tardif des pluies dans la zone sahélienne et d’une mauvaise répartition spatiale et temporelle des pluies.

Concrètement, les résultats indiquent que 20% de la population Tchadienne soit 2,4 millions de personnes sont en insécurité alimentaire dont 3,6% soit 428.000 personnes en situation d’insécurité alimentaire sévère. Ces ménages font face à un déficit de consommation alimentaire important et ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence d’octobre 2014 à mars 2015.

Comme chaque année depuis 2005, l’étude a été conjointement entreprise et financée par le Système d’information sur la sécurité alimentaire et d’alerte précoce, la FAO et le PAM.

Pour rappel, la sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

 

Les régions les plus touchées sont le Kanem, le Lac et le Barh El Gazal ainsi que des départements du Batha et du Guéra dans le centre du pays. Les facteurs responsables de cette situation sont liés aux aléas climatiques imprévus comme l’arrêt précoce des pluies au Barh El Gazal ou les inondations dans la région du Lac. Parallèlement, l’Est a enregistré une pluviométrie particulièrement abondante. Des inondations ont été signalées dans les régions de Sila et du Salamat.

L’analyse de ces chocs confirme la forte sensibilité des ménages ruraux tchadiens aux chocs environnementaux. Les discussions avec les ménages mettent en évidence que 70% des agriculteurs subissent une détérioration de leurs cultures à cause des intempéries ainsi que 14% des éleveurs. Environ 50% des ménages confirment qu’ils ne pourraient pas faire face seuls à ces chocs.

Pour conclure, la situation alimentaire de ces ménages pourrait vite se dégrader si rien n’est fait. Dans certains départements affectés, la soudure pastorale commencerait dès mars 2015, soit trois mois plutôt que d’habitude. Les stocks céréaliers des ménages agricoles s’épuiseraient à partir d’avril; et la soudure commencerait alors deux mois plutôt.

L’enquête indique que les chocs climatiques sont récurrents pour un grand nombre de ménages. Par conséquent, il est impératif de préparer les communautés rurales à faire face à ces situations de stress c’est-à-dire la vente de biens non productifs ou d’animaux ou emprunter de la nourriture ou de l’argent et à renforcer leur résilience.
Cette résilience augmente par des aménagements agricoles et halieutiques, des améliorations de route pour accéder aux marchés et même la prévention de la malnutrition chronique. La réponse la plus pertinente du PAM pour améliorer le pouvoir d’achat des ménages passe par l’activité de coupons alimentaires.

Pour les 6 prochains mois de mise en oeuvre de notre intervention prolongée de secours et de redressement, le PAM a un besoin urgent de 24 millions dollars américains soit 13 millions dollars américains pour les transferts de coupons alimentaires et 11 millions dollars américains pour les produits nutritionnels dans le Sud du Tchad. Et parallèlement à cela, 20 millions dollars américains supplémentaires doivent également être immédiatement trouvé pour couvrir les besoins de pré-positionnement de réfugiés soudanais résidant dans l'est du pays.

 

#                             #                             #

 

Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. En 2013, le PAM a apporté une assistance à plus de 80 millions de personnes dans 75 pays.

Suivez-nous sur Twitter : @wfp_media @wfp_fr

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Miguel Tomas, WFP/N’djamena, Mobile +235 66 99 30 20
Djekorkeme Mbaihilamgue, WFP/N’djamena, Mobile +235 66 20 1541