Skip to main content

Les attaques contre les camions de vivres au Darfour

Les attaques contre les camions de vivres au Darfour créent un climat de peur

Khartoum, 01-04-05 (Communiqué de presse) - Fusillades, attaques contre les chauffeurs et vols de camions affrétés par le PAM et transportant des secours alimentaires d’urgence témoignent de la dégradation rapide de la situation en matière de sécurité au Darfour, dans l'ouest du Soudan.

Les incidents compromettent gravement la capacité du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) de porter assistance à des millions de personnes, alors que les besoins sont chaque jours plus importants.

« L’insécurité est telle que de nombreux chauffeurs refusent d’emprunter certains tronçons des corridors routiers menant aux trois États du Darfour », indique Ramiro Lopes da Silva, Directeur de pays du PAM au Soudan.

Le chauffeur d'un camion affrété par le PAM a été tué par balle lors d'un raid en janvier. Des chauffeurs ont été pris en otage, et on est toujours sans nouvelles de deux d'entre eux. Pendant le seul mois de mars, un chauffeur a été blessé par balle, un autre a eu les deux mains cassées, et d'autres encore ont été roués de coups.

Au total, 13 camions affrétés par le PAM ont disparu après une série de raids; on sait que huit de ces camions sont aux mains de l'Armée de libération du Soudan. (Voir liste des incidents récents ci-dessous.)

« Ces attaques sont totalement aberrantes. Elles créent un climat de peur qui, conjugué aux détournements de camions, menace gravement notre capacité d’acheminer des vivres vers le Darfour », déclare Ramiro Lopes da Silva.

Le PAM poursuit néanmoins ses livraisons dans l’espoir d’atteindre un nombre croissant de personnes dans le besoin et pour prépositionner des secours avant que la saison des pluies n'interdise l'accès à de nombreuses régions. Quelque 50 000 tonnes de vivres ont été acheminées au cours du seul mois de mars.

Selon les estimations, près de 2,3 millions de personnes par mois devront bénéficier d’une assistance alimentaire dans les trois États du Darfour en 2005, ce nombre passant à 2,8 millions pendant la saison des pluies.

On craint que la mauvaise récolte de 2004 et l'augmentation des prix des produits de base ne poussent ces chiffres à la hausse. En février, le PAM a nourri 1,6 million de personnes au Darfour, le total mensuel le plus élevé depuis qu’il a lancé son opération d'urgence en avril 2004.

Les chauffeurs des camions affrétés par le PAM jouent un rôle essentiel dans la réalisation de ces objectifs. Bien qu'ils soient habitués à un certain degré de risque dans la région, ils ont refusé la semaine dernière de conduire un convoi de 37 camions au-delà d’Ed-Daien, parce que le danger était simplement trop grand.

Le PAM a protesté contre les attaques dans les termes les plus vigoureux, aussi bien en son propre nom que par l’intermédiaire de l’Union africaine et du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Jan Pronk, qui a soulevé la question auprès de représentants de l'Armée de libération du Soudan.

«Ces attaques doivent cesser et les camions doivent être rendus – c'est aussi simple que ça », déclare Ramiro Lopes da Silva.

Le brigandage contribue à l'insécurité grandissante dans le Darfour, où des équipes humanitaires des organisations partenaires du PAM ont été attaquées. Le Conseil danois pour les réfugiés s'est retiré temporairement de la région de Jebel Marra après que deux de ses collaborateurs ont été enlevés dans leur véhicule le 20 mars. Tous deux ont été libérés mais le véhicule n'a pas été rendu.

A l’ouest du Darfour, des zones situées au nord de la capitale El-Geneina restent «interdites» aux organisations des Nations Unies, bien que les restrictions en matière de sécurité aient été levées dans certaines autres régions.

Le 11 mars, des collaborateurs du PAM et d'autres organisations des Nations Unies ainsi que des organisations non gouvernementales, ont été ramenés dans la capitale de l'État, après trois jours d'attaques menées par des bandits armés contre des véhicules arborant clairement les emblèmes des organisations humanitaires.

Les attaques et leur impact sur les opérations de secours ont été évoqués avec les autorités locales de l’état de l’Ouest du Darfour.

«Nous faisons tout ce que nous pouvons pour apporter des vivres à ceux qui en ont besoin, indique Ramiro Lopes da Silva. Mais le brigandage, le conflit et l’insécurité compliquent considérablement notre tâche. »

INCIDENTS CONCERNANT DES CAMIONS AFFRÉTÉS PAR LE PAM

  • Le 21 mars, les chauffeurs de sept camions affrétés par le PAM, qui allaient d’El-Obeid à El-Fasher ont été roués de coups à Burush, dans l’état du Nord du Darfour. Un chauffeur a eu les mains brisées.

    Les vivres du PAM ont été pillés et les chauffeurs ont été dépouillés de leurs effets personnels. Le lendemain, quatre hommes conduisant des camions affrétés par le PAM le long du même itinéraire ont refusé de poursuivre leur route par peur d'être attaqués.

  • Le 14 mars, dans le Sud Darfour,, un camion affrété par le PAM a été intercepté par cinq hommes armés, qui ont tiré sur le chauffeur et l'ont battu avant de lui voler ses effets personnels. Blessé par balle à la tête, le chauffeur a été soigné à Nyala.

  • Le 7 mars, dans le Nord Darfour, 12 camions affrétés par le PAM ont été volés lors d'une série d'attaques. Un chauffeur a été blessé par balle, et cinq chauffeurs et un chef de convoi ont été pris en otages.

  • Le 6 janvier, dans l’Ouest Darfour, le chauffeur d'un camion affrété par le PAM a été tué par balle lors d'une attaque perpétrée au sud-est d’El-Geneina. Deux passagers ont été blessés par balle, dont un grièvement.