Skip to main content

Le PAM renforce son soutien aux zones les plus à risque de famine au Yémen

PAM/Annabel Symington
PAM/Annabel Symington
SANAA – Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies augmente le niveau de l’aide alimentaire dans les pires points chauds de la faim au Yémen afin d’éviter une famine dévastatrice. Mais la capacité de l’agence à maintenir la réponse jusqu’à la fin de l’année demeure incertaine.

« La fragilité continue du Yémen, accentuée par les facteurs persistants de l'insécurité alimentaire, a rendu le Yémen extrêmement vulnérable à l'aggravation de la faim - et aux conditions de famine, » a déclaré Laurent Bukera, directeur du PAM au Yémen. « L'escalade des conflits, le déclin économique, la hausse des prix mondiaux des produits de base et de la COVID-19 ont tous contribué à une augmentation alarmante de la faim aiguë au cours de l'année dernière. »

Près de 50 000 personnes au Yémen vivent déjà dans des conditions proches de la famine et 5 millions de personnes sont en danger immédiat. Un enfant meurt toutes les 10 minutes de maladies évitables telles que la diarrhée, la malnutrition et les infections des voies respiratoires.

Pour répondre à ces besoins aigus, le PAM a repris les distributions mensuelles à 350 000 personnes dans 11 districts confrontés à des conditions similaires à une famine (phase 5 du Cadre intégré de la classification de la sécurité alimentaire – IPC 5) en février.

En avril et mai de cette année, après la confirmation de nouveaux fonds, le PAM a commencé à augmenter son assistance à près de 6 millions de personnes dans les neuf gouvernorats présentant les taux les plus élevés d'insécurité alimentaire à un niveau ‘d'urgence’ (Phase 4 du Cadre Intégré - IPC 4): Hajjah, Al Jawf, Amran, Al Hodeidah, Raymah, Al Mahwit, Sa'ada, Dhamar et Taiz. À partir de juin, ces personnes recevront à nouveau une ration complète chaque mois.

Le PAM soutient un total de 12,9 millions de personnes au Yémen avec une aide alimentaire, en accordant la priorité aux zones présentant les taux d'insécurité alimentaire les plus élevés et en apportant une aide rapide aux familles déplacées par le conflit, comme dans le gouvernorat de Marib. Mais en avril 2020, dans un environnement opérationnel difficile et confronté à une réduction des financements, le PAM a été contraint de cesser son assistance mensuelle au profit d’une assistance tous les deux mois, dans les régions du nord du Yémen.

Cette année, jusqu'à présent, les donateurs ont augmenté leurs contributions de près de 947 millions de dollars pour les efforts de prévention de la famine du PAM au Yémen, dont un soutien à grande échelle des États-Unis, du Royaume d'Arabie saoudite, des Émirats Arabes Unis, de l'Allemagne et de l'Union Européenne. L’analyse de la sécurité alimentaire du PAM, qui tient compte de la consommation alimentaire, de la diversité alimentaire et des stratégies d’adaptation liées à l’alimentation, indiquera bientôt l’impact de l’intensification progressive de l’assistance, comme avec l’augmentation considérable de l’aide en 2019, lorsque la famine a menacé pour la dernière fois.

« Nous commencerons à en constater l’impact dans les mois à venir, mais les gains initiaux seront fragiles », a averti Bukera, « la capacité du PAM à maintenir ce niveau de réponse jusqu’à la fin de l’année est en jeu. Un financement durable, prévisible et flexible est nécessaire immédiatement, sinon nous verrons tout progrès annulé et les besoins augmenteront rapidement dans ce qui est un environnement opérationnel imprévisible et difficile. »

La faim a augmenté au Yémen avec l'escalade du conflit, déplaçant des familles pour la troisième, voire la quatrième fois alors que la guerre entre dans sa septième année. La hausse des prix des denrées alimentaires - jusqu'à 200 pour cent au-dessus des niveaux d'avant-guerre - a rendu la nourriture inabordable pour des millions de personnes. En plus de cela, une deuxième vague mortelle de COVID-19 déferle sur le Yémen et le système de santé est incapable de faire face.

Comme la résolution 2417 du Conseil de sécurité de l’ONU - adoptée il y a trois ans ce mois-ci - l’indique clairement, le cycle corrosif de la faim et des conflits signifie que la paix sera la seule solution durable à la crise de la faim au Yémen. Jusqu'à ce jour, l'aide humanitaire est vitale et les conséquences d'un nouveau déficit de financement seraient dévastatrices pour les Yéménites.

 

Note aux éditeurs:

  • 50 000 personnes au Yémen sont confrontées à des conditions similaires à une famine ( Phase 5 du Cadre Intrégré - IPC 5) avec 5 millions à un pas de la famine (IPC 4) - et tomberont dans la famine si les conditions s'aggravent. 11 millions de personnes supplémentaires sont confrontées à des niveaux de crise de l'insécurité alimentaire (IPC 3).
  • Environ la moitié de tous les enfants de moins de cinq ans au Yémen - 2,3 millions d'enfants - devraient faire face à la malnutrition aiguë en 2021. Près de 400 000 devraient souffrir de malnutrition aiguë sévère et pourraient mourir s'ils ne reçoivent pas de traitement d'urgence.
  • Le PAM apporte une aide alimentaire d'urgence à près de 13 millions de personnes, en fournissant des rations de farine, des légumineuses, de l'huile végétale, du sucre et du sel, ou des bons ou des espèces pour acheter la même quantité de nourriture. 
  • Le PAM soutient 3,3 millions d'enfants et de mères avec des suppléments nutritionnels pour traiter et prévenir la malnutrition. 1,55 million d'écoliers reçoivent également des collations nutritives tous les jours à l'école.
  • Pour éviter la famine au Yémen, le PAM a besoin d'au moins 1,9 milliard de dollars EU en 2021. 

 

#                     #                          #

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est le lauréat du prix Nobel de la paix 2020. Plus grand organisme humanitaire au monde, il sauve des vies en situations d'urgence et utilise l'assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d'un conflit ou d'une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique.

 

 

Suivez-nous sur Twitter @wfp_media @WFPYemen

Thèmes

Yémen Sécurité alimentaire Conflits Urgences

Contact

Pour plus d'informations, veuillez contacter (email: prénom.nom@wfp.org):

Abeer Etefa, WFP/Cairo,
Tel. +20 106 6634352

Annabel Symington, WFP/Yemen,
Tel. +967 739888251, Mob. +44 7746397099

Martin Penner, WFP/ Rome,
Mob. +39 345 614 2074

Tomson Phiri, WFP/ Geneva,
Mob. +41 79 842 8057

Jane Howard, WFP/ London,
Tel. +44 (0)20 3857 7413, Mob. +44 (0)796 8008 474

Shaza Moghraby, WFP/New York,
Mob. + 1 929 289 9867

Steve Taravella, WFP/ Washington,
Mob.  +1 202 770 5993

 

Links

Download photo here