Skip to main content

Le PAM enjoint le sommet Africain : "Donnez la priorité à la lutte contre la faim"

KHARTOUM - Alors que les dirigeants africains se réunissent aujourd’hui pour le sommet de l’Union Africaine, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies appelle les dirigeants du continent et les donateurs internationaux à renforcer leur soutien à ses efforts pour lutter contre la faim et la pauvreté en Afrique avant que des millions de vies ne soient à nouveau perdues.

Près de deux milliards de dollars d’aide alimentaire seront nécessaires en 2006 pour prévenir la faim et la famine.

Enormes défis

« Nous craignons que les crises alimentaires en Afrique ne soient considérées comme « normales ». Alors que l’année commence à peine, la sécheresse menace de désastre deux immenses régions - la Corne de l’Afrique et l’Afrique australe - lançant de sérieux défis à nos donateurs qui ont encore le vertige du tourbillon d’urgences qui se sont concurrencées en 2005, à la fois en Afrique et ailleurs », a déclaré James Morris, Directeur Exécutif du PAM.

Même avec une aide alimentaire record confiée au PAM par ses donateurs, nous avons perdu de très nombreux enfants sur ce continent. Les dirigeants africains et l’ensemble de nos donateurs ont besoin d’une politique qui donne la priorité à l’alimentation en 2006»James Morris, Directeur Exécutif du PAM
« Les crises alimentaires s’acharnent sur l’Afrique encore et toujours et nous sonnons l’alarme en ce moment même pour la Corne de l’Afrique », a précisé M. Morris, qui effectuera sa cinquième visite en Afrique australe à la fin de ce mois, en tant qu’Envoyé spécial des Nations Unies.
« Cela a été un véritable défi de lever des fonds pour l’Afrique en 2005. Même avec une aide alimentaire record confiée au PAM par ses donateurs, nous avons perdu de très nombreux enfants sur ce continent. Les dirigeants africains et l’ensemble de nos donateurs ont besoin d’une politique qui donne la priorité à l’alimentation en 2006 », a –t-il ajouté.

Des niveaux de famine records

C’est en Afrique que la faim est à son paroxysme de destruction, là où une personne sur trois souffre de malnutrition. Et la situation se dégrade encore : le nombre d’Africains sous-alimentés a augmenté de 33,1 millions de 1992 à 2002.
Selon l’UNICEF, 38 pour cent des enfants de moins de cinq ans ont un retard de croissance et 28 pour cent ont un poids inférieur à la normale. Le PAM nourrit deux fois plus d’Africains en situation de crise qu’il y a dix ans.

Une combinaison de pauvreté, guerre, VIH/SIDA, sécheresse et de gouvernements défaillants a provoqué des niveaux records de famine à travers tout le continent, du nord au sud et d’ouest en estJames Morris, Directeur Exécutif du PAM
« Ces statistiques augurent mal de l’avenir de l’Afrique - et nous ne pouvons pas les ignorer, en particulier parce que depuis des décennies le monde produit suffisamment pour nourrir toute la population de la planète, a précisé M. Morris. Une combinaison de pauvreté, guerre, VIH/SIDA, sécheresse et de gouvernements défaillants a provoqué des niveaux records de famine à travers tout le continent, du nord au sud et d’ouest en est. »

Aider près de 43 millions de personnes en 2006

En 2006, le PAM a pour objectif de fournir une assistance alimentaire à quelque 43 millions de personnes en Afrique, pour un coût total de 1,8 milliard de dollars :

- réfugiés, rapatriés et personnes déplacées
- enfants en crèche et à l’école
- femmes mal nourries et enfants nécessitant une
alimentation thérapeutique
- enfants, femmes enceintes et mères allaitantes menacés
de malnutrition
- communautés ayant besoin d’infrastructures et de
formation
- familles touchées par le VIH/SIDA

Sur les 43 millions d’Africains qui ont besoin d’une aide alimentaire, quelque 35 millions en ont besoin d’urgence. Le plus grand nombre de personnes auquel le PAM doit venir en aide est de 18 millions, dans 11 pays d’Afrique de l’Est, où une crise alimentaire due à la sécheresse a surgi et menace la vie d’environ 5,4 millions de personnes à travers le Kenya, la Somalie, l’Éthiopie et Djibouti.
En Afrique Australe, où le VIH/SIDA a frappé le plus fort, le PAM cherche à secourir 9,2 millions de personnes dans sept pays. Et en Afrique de l’Ouest, où la guerre et la pauvreté sont les principaux fléaux, le PAM prévoit qu’au moins 8,5 millions de personnes auront besoin d’une aide alimentaire d’urgence dans 14 pays de la région sahélienne.

Besoin urgent de ressources

« Alors que nos donateurs avaient été exceptionnellement généreux l’année dernière, nous apportant quelque deux milliards de dollars pour mener nos opérations dans 40 pays africains - il nous avait manqué approximativement 550 millions de dollars par rapport à nos besoins l’an passé », a déclaré M. Morris.

Chaque région d’Afrique a ses propres problèmes et souffrances - le besoin d’aide humanitaire est presque accablant. Nous avons besoin de promesses de dons dès maintenantJames Morris, Directeur Exécutif du PAM
« Chaque région d’Afrique a ses propres problèmes et souffrances - le besoin d’aide humanitaire est presque accablant. Nous avons besoin de promesses de dons dès maintenant. Comme nous l’avons appris à maintes reprises par le passé, apporter de l’aide trop tard coûte beaucoup plus que de l’apporter tout de suite… surtout en vies humaines », a conclu M. Morris.