Skip to main content

Le PAM augmente l'aide alimentaire aux milliers de personnes fuyant les combats dans l'est du Sri Lanka

BANGKOK – Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) accroît ses opérations dans la région de Batticaloa, dans l’est du Sri Lanka, pour s’assurer que les stocks de nourriture de base seront effectivement distribués aux plus de 155 000 personnes qui ont dû fuir suite à la récente intensification des combats et qui ont un besoin immédiat d’aide alimentaire et de secours.

« Ce dernier afflux de personnes récemment déplacées nous confronte à un défi humanitaire de première importance » a déclaré Tony Banbury, Directeur du bureau régional PAM pour l’Asie. « Nous faisons tout notre possible pour permettre à ces victimes, parmi lesquelles beaucoup de femmes et d’enfants, d’obtenir l’assistance dont elles ont tant besoin. »

Tirs d'obus

Ces derniers mois, le PAM a fourni de l’aide alimentaire à environ 60 000 personnes vivant dans des camps de la région de Batticaloa, par l’intermédiaire du Ministère srilankais de la Construction nationale et du Développement (Ministry of Nation Building and Estate Infrastructure Development). Les récents tirs d’obus se sont intensifiés à l’ouest de Batticaloa et ont obligé 95 000 personnes de plus à fuir la semaine dernière, multipliant par plus de deux le nombre de personnes déplacées.

Accès

« Le PAM insiste vivement auprès du gouvernement et des Tigres Tamouls (LTTE) pour qu’ils garantissent au PAM et aux autres organisations humanitaires un accès libre aux personnes déplacées » a rappelé M. Banbury. « Nous poursuivrons notre travail dans les zones les plus exposées avec notre partenaire gouvernemental chargé de l’exécution, mais également avec notre propre flotte de transport et avec d’autres partenaires, dont des ONG, afin de satisfaire les nouveaux besoins de toutes les personnes déplacées. »

M. Banbury a annoncé que le PAM devrait débuter dans peu de temps l’acheminement de 590 tonnes de riz et de farine de blé par ses propres camions vers la région de Batticaloa, soulignant la baisse rapide des stocks de nourriture disponibles au Sri Lanka.

Suspension de programmes

« A moins que nous ne recevions de nouvelles contributions, nous n’aurons plus de réserves d’ici fin avril » a souligné M. Banbury. « Ces personnes ont déjà beaucoup souffert, elles Ces personnes ont déjà beaucoup souffert, elles ne doivent pas être en plus victimes de notre manque de soutien et d’intérêtTony Banbury
ne doivent pas être en plus victimes de notre manque de soutien et d’intérêt. »

Dans certaines régions, le PAM a déjà été obligé de suspendre les programmes de nutrition maternelle et infantile et d’alimentation scolaire, afin de réallouer ces ressources aux personnes récemment déplacées. De même, la plupart des projets de réhabilitation Nourriture contre Travail dans les régions du l’Océan Indien touchées par le tsunami ont été arrêtés pour l’instant. Le Plan Commun d’Action Humanitaire pour le Sri Lanka n’a reçu que 33 pour cent du total des financements nécessaires pour l’aide alimentaire.

Suite à la reprise des hostilités entre le gouvernement et les Tigres Tamouls en août, le PAM a considérablement étendu ses opérations, afin de fournir une aide alimentaire d’urgence aux personnes déplacées les plus vulnérables et à celles touchées par le conflit au Sri Lanka. Outre les distributions à Batticaloa, le PAM a fourni quelque 13 400 tonnes de nourriture, soit de quoi nourrir 300 000 personnes pendant trois mois, à Jaffna et dans les régions des villes de Kilinochchi, Mullaittivu, Mannar, Trincomalee, Ampara et Vavuniya.