Skip to main content

De la sécheresse aux inondations : les extrêmes climatiques alimentent la crise alimentaire en Somalie

Photo : PAM/Petroc Wilton. L'école primaire Hoawatako à Beletweyne, en Somalie, est presque déserte en raison de la montée des eaux.
MOGADISCIO – Les extrêmes climatiques maintiendront la faim en Somalie à des niveaux records, a prévenu aujourd'hui le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies. Des inondations meurtrières balayent actuellement le pays, dévastant des communautés en profonde insécurité alimentaire, alors qu'elles ont déjà du mal à se remettre de la plus longue sécheresse jamais enregistrée dans le pays.

Après plus de deux années de sécheresse qui ont poussé le pays au bord de la famine, le soulagement des familles aura été de courte durée. Les inondations – les pires depuis des décennies selon certaines estimations – ont chassé près d’un demi-million de personnes de leurs maisons et paralysé toutes tentatives de reconstruction des moyens de subsistance des familles ravagés par la sécheresse.

"Les populations les plus vulnérables de Somalie ont été une fois de plus frappées par le changement climatique. Avec ces inondations qui surgissent juste après la sécheresse, c'est comme si un bombardement incessant de chocs climatiques s'abbatait sur les familles en difficulté", a déclaré Laura Turner, directrice adjointe du PAM en Somalie. "L’aide humanitaire a permis aux populations de sortir du bord de la famine en 2022, mais la Somalie est toujours confrontée aux niveaux de faim les plus élevés qu’elle ait connu depuis plus d’une décennie. Nous devons fournir aux communautés les outils et les connaissances nécessaires pour surmonter ces extrêmes et briser le cycle de la faim provoqué par la crise qui frappe la Somalie depuis trop longtemps."

En octobre, alors que des prévisions météorologiques inquiétantes prévoyaient de fortes pluies et des inondations exacerbées par le phénomène climatique El Niño, le PAM a activé un programme d'action anti-inondations – le premier en Afrique – en coordination avec le gouvernement somalien. Le PAM a procédé à des transferts monétaires préventifs et envoyé des messages d'alerte dans les districts susceptibles de subir de fortes inondations, touchant jusqu'à présent plus de 200 000 personnes. Le versement total au titre du programme s'élèvera à 4,1 millions de dollars américains. Le PAM avait également prépositionné des bateaux dans des endroits clés pour soutenir la livraison de nourriture lorsque les inondations ont frappé.

"Nous avons entendu le message selon lequel les inondations allaient arriver. Nous l'avons entendu à plusieurs reprises quand nous étions dans les zones inondées", a déclaré au PAM la semaine dernière Meymuna Ali, un habitant d'une zone inondable à Beletweyne, sur la rivière Shabelle. "Le message nous a aidé [à nous préparer] à évacuer. Si Dieu le veut, nous déménagerons."

Les inondations ont frappé le fleuve Juba début novembre, dans des zones telles que Luuq et Baardheere, où un pont clé a été emporté. Les zones situées le long du fleuve Shabelle, notamment Beletweyne, ont été inondées au cours du week-end, laissant les communautés se débattre pour sauver leurs maisons, leur bétail et leurs récoltes.

Les programmes d'action anticipés dans ces zones ont permis aux familles de disposer des informations et des moyens nécessaires pour protéger leur maison ou déménager avant que les inondations ne frappent, ce qui a réduit le nombre de personnes ayant désormais besoin d'une aide d'urgence.

Mais avec un quart de la population somalienne – 4,3 millions de personnes – qui devrait être confronté à des niveaux de faim qualifiés de 'crise' ou pire (IPC3+) d’ici la fin de l’année, le soutien de la communauté humanitaire reste une bouée de sauvetage. Les inondations ont exacerbé la crise alimentaire en Somalie, à un moment où le PAM fait face à d’importants déficits de financement et que l'aide alimentaire ne parvient qu'à moins de la moitié des personnes qui en ont le plus besoin.

Sans financement supplémentaire, le PAM aura du mal à étendre ses programmes d’action anticipative ou à réaliser des investissements à plus long terme pour renforcer la résilience, permettre à la Somalie de s’adapter à ces chocs climatiques de plus en plus graves, et briser le cycle de dépendance à l’aide humanitaire provoquée par ces crises. Le déficit de financement du PAM en Somalie s’élève à 378 millions de dollars entre novembre 2023 et avril 2024.

 

#                    #                      #

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est le plus grand organisme humanitaire au monde, il sauve des vies en situations d'urgence et utilise l'assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d'un conflit ou d'une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique.

 

 

Suivez-nous sur X, anciennement Twitter @wfp_media et @wfp_fr

Thèmes

Somalie Climat Sécurité alimentaire Sécheresse

Contact

Pour plus d'informations, veuillez contacter (email: prénom.nom@wfp.org):

Petroc Wilton, WFP/Somalia,
WhatsApp +61 406 508 188

Brenda Kariuki, WFP/Nairobi,
Mob. +254 707 722 104

Annabel Symington, WFP/Rome,
Mob. +44 7746 397099

Nina Valente, WFP/ London,
Mob. +44 (0)796 8008 474

Martin Rentsch, WFP/Berlin,
Mob +49 160 99 26 17 30

Shaza Moghraby, WFP/New York,
Mob. + 1 929 289 9867

Steve Taravella, WFP/ Washington,
Mob.  +1 202 770 5993

Marie Dasylva, WFP/Dakar (francophone)
Mob. +221 638 13 00