Skip to main content

Avec l’aide des guides de montagne, le PAM évalue la situation après le tremblement de terre au Pakistan

ISLAMABAD - Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a annoncé aujourd’hui la formation d’une équipe de 23 guides de montagne expérimentés (pakistanais et internationaux) chargée d’évaluer les dommages causés par le séisme d'octobre dernier dans les zones montagneuses du Pakistan et de la région du Cachemire sous contrôle pakistanais.

Soutenir le redressement

Les guides sont rattachés au Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets, sous le nom "d’équipe de recul, de reconnaissance et de réponse"(‘Remote, Reconnaissance and Response’ ou RRR). Ils aideront ainsi le PAM à préparer son opération de redressement pour venir en aide aux centaines de milliers de survivants du tremblement de terre.

L’équipe est constituée de huit guides de montagne canadiens – certains sont familiarisés avec des altitudes de 8000 mètres – et 15 guides pakistanais du centre pakistanais de randonnée himalayenne, Hunza. Equipés d’un parc de véhicules tout-terrain, ils pourront atteindre les villages les plus reculés. Certains d’entre eux ne sont toutefois accessibles qu’à pied. Une des missions d’évaluation a d’ailleurs nécessité une marche de 16 jours.

Préparer le retour

« Nous vérifions l’état des routes, évaluons l’ampleur des destructions dans les villages, vérifions si l’approvisionnement en eau a été coupé et si les conditions sanitaires ont changé. En même temps, nous étudions dans le détail la faisabilité d’un retour des populations chez elles. » a déclaré Chris McGeough, responsable du projet RRR.

"Vivres cotre travail"

Nous vérifions l’état des routes, évaluons l’ampleur des destructions dans les villages, vérifions si l’approvisionnement en eau a été coupé et si les conditions sanitaires ont changé. En même temps, nous étudions dans le détail la faisabilité d’un retour des populations chez elles.Chris McGeough,
Un programme de deux ans est à l’étude pour aider les survivants à retrouver une vie normale. Des projets de ‘vivres contre travail’ et de création d’actifs cibleront les familles exposées à l’insécurité alimentaire, en se concentrant sur la sylviculture, l’agriculture et la réhabilitation des routes. Ainsi, près de 670 000 personnes recevront des rations alimentaires pour travailler à la reconstruction de leurs maisons et des infrastructures communautaires.
L’équipe jouera un rôle essentiel pour localiser les sites qui bénéficieront des projets de ‘vivres contre travail’, en identifiant les routes et les systèmes d’irrigation endommagés ainsi que les maisons détruites, qui pourraient être réhabilités dans le cadre de ces projets. L’équipe cherchera également à localiser des sites propices à la construction de serres, coordonnant ses efforts avec le gouvernement et les ONGs pour initier les projets et répartir les responsabilités permettant aux populations de retrouver plus rapidement leur autonomie une fois rentrées chez elles.

Ces programmes de ‘vivres contre travail ’ seront menés dans les villages éloignés, privés de production vivrière, d’accès aux marchés, d’emploi et de possibilités de crédit tant que les infrastructures essentielles et les échanges commerciaux n’auront pas été rétablis.

Identifier les problèmes et évaluer les besoins

La constitution de l'équipe du RRR fait suite au déploiement réussi du PAM, au début de l’hiver, d’une équipe appelée ‘quake jumpers’ – des alpinistes déposés par hélicoptère dans les villages reculés, bloqués par la neige pour réaliser des missions d’évaluation des besoins et des dégâts.

L’équipe RRR interviendra principalement dans les régions touchées de la Province de la Frontière du Nord-Ouest (NWFP), notamment dans les vallées de l’Allai, du Kohistan et de Mansehra. Elle se penchera sur les moyens de réhabiliter les infrastructures sanitaires avec l’aide d’un expert, qui apportera également une assistance médicale à l’équipe en cas de besoin.

L’équipe réalisera aussi des travaux d’évaluation pour d’autres agences des Nations Unies participant au retour des populations qui ont quitté leurs villages pour des altitudes plus basses pendant la période hivernale. Le RRR travaillera avec le PAM pendant six semaines – jusqu’au mois d’avril, pour un coût de 2 millions de dollars, financé par la Norvège.

Appel aux dons

La semaine dernière, le PAM a lancé un appel urgent aux dons pour pouvoir maintenir son opération héliportée d’aide aux victimes du séisme, « ligne de vie », après le mois de février. Jusqu’à présent, le PAM a reçu 56,4 millions de dollars, mais il manque encore 24 millions pour poursuivre l’effort humanitaire avec une flotte de plus en plus réduite.