Skip to main content

COP28 : la course contre la faim est lancée dans un contexte de changement climatique

Pour renforcer l'impact des organisations humanitaires telles que le Programme alimentaire mondial, il y a trois domaines clés qui devraient être une priorité pour les dirigeants mondiaux réunis au Sommet des Nations Unies sur le climat à Dubaï.
, Jenny Wilson
Boys run over a dyke, built with the support of WFP and its partners, that also serves as a road in Alek, in South Sudan's  Warrap State, allowing people access to critical services during floods. Photo: WFP/Samantha Reinders
À Alek, dans l'État de Warrap au Soudan du Sud, des garçons courent sur une digue construite avec le soutien du PAM et de ses partenaires. La digue sert également de route permettant l’accès aux services essentiels lors des inondations. Photo : PAM/Samantha Reinders

Pour des dizaines de millions de personnes dans le monde, mettre de la nourriture sur la table n’est qu’une partie du défi alors qu’elles entament le long processus consistant à recoller les morceaux à la suite d’une catastrophe climatique.

En février et mars de cette année, le cyclone Freddy est devenu le cyclone tropical le plus long jamais enregistré, tuant près de 1 500 personnes et détruisant des cultures, des routes et des ponts tout en faisant des ravages au Malawi, au Mozambique et à Madagascar.

En juin, des inondations meurtrières ont frappé certaines parties d’Haïti, un pays déjà touché par une sécheresse écrasante depuis janvier.

En septembre, le Programme alimentaire mondial (PAM) n'a pas tardé à réagir lorsque l'ouragan Daniel a provoqué la rupture de barrages, détruisant des vies et des moyens de subsistance autour de la ville portuaire libyenne de Derna.
 

Men in Mahaday, Hirshabelle State in south-central Somali, transport their belongings after the devsastating rains of 5 November.. WFP/Arete/Abdirahman Yussuf Mohamud
Dans le district de Mahaday, dans le centre-sud de la Somalie, les habitants transportent leurs affaires après que les pluies ont déplacé des milliers de personnes le 5 novembre. Photo : PAM/Arete/Abdirahman Yussuf Mohamud

Et maintenant, tous les regards sont tournés vers Dubaï alors que le monde espère que les promesses de la COP28, le sommet annuel des Nations Unies sur les changements climatiques (30 novembre au 12 décembre), se transformeront rapidement en actions pour protéger les personnes en première ligne du changement climatique – en particulier là où des conflits font déjà rage.

Gaza est un exemple tragique.

Nearly the entire population of climate vulnerable Gaza - 2.2 million people - need urgent food assistance as the number of people killed since the start of the war in October nears 15,000. Photo: WFP/Ali Jadallah 
Récolte d'olives : la quasi-totalité de la population de Gaza, une région vulnérable au climat – 2,2 millions de personnes – a besoin d'une aide alimentaire d'urgence alors que le nombre de personnes tuées depuis le début de la guerre en octobre approche les 15 000. Photo : PAM/Ali Jadallah

En janvier, le magazine Time écrivait : "alors que les températures mondiales ont augmenté en moyenne de 1,1 °C depuis l’époque préindustrielle, en Israël et dans les régions avoisinantes, les températures moyennes ont augmenté de 1,5 °C (2,7 °F) entre 1950 et 2017, selon le service météorologique israélien, avec une augmentation prévue de 4°C (7,2°F) d'ici la fin du siècle. L’élévation projetée du niveau de la mer entraînera 'une perte de biens immobiliers précieux ainsi qu’une intrusion d’eau salée dans un aquifère déjà surexploité' – et un désastre pour la production alimentaire à long terme."

Women grow pumpkins as part of a WFP-backed project in Kurigram in Rangpur, that includes climate insuance and forecast-based financing. Photo: Lena von Zabern
Des femmes cultivent des citrouilles dans le cadre d'un projet soutenu par le PAM à Kurigram, à Rangpur au Bangladesh, qui comprend une assurance climatique et un financement basé sur des prévisions. Photo : PAM/Lena von Zabern

L'année dernière, le PAM a travaillé avec plus de 15 millions de personnes dans 42 pays afin qu'elles résistent mieux aux sécheresses, inondations, tempêtes et autres chocs climatiques. Mais avec près de 57 millions de personnes qui ont sombré dans la faim en raison des impacts climatiques rien que l’année dernière, beaucoup plus de personnes ont en réalité besoin de protection. Lors de la COP28, nous avons besoin que les dirigeants du monde renforcent leur soutien à ceux qui sont confrontés aux pires catastrophes climatiques dans le monde, à travers...


1. L'action climatique en cas de crise

La communauté internationale doit consacrer davantage de fonds au renforcement des systèmes et des capacités locales des personnes vivant dans des contextes de conflit ou fragiles – des lieux déjà touchés par l'instabilité économique, des tensions sociales ou d'autres vulnérabilités. Ils sont trois fois plus touchés par les extrêmes climatiques que ceux des autres pays, et pourtant ils reçoivent le moins de soutien.

A woman in Mahaday, Somalia. WFP/Arete/Abdirahman Yussuf Mohamud
Une femme à Mahaday, en Somalie, où le PAM a distribué de l'argent "par anticipation" à 230 000 personnes avant les inondations. PAM/Arete/Abdirahman Yussuf Mohamud

En fait, les États extrêmement fragiles comme la Somalie reçoivent jusqu’à 80 fois moins de financement climatique que les États non fragiles.

Si la protection du climat dans les environnements de crise était renforcée, non seulement elle protégerait les communautés des impacts climatiques et sauverait des vies, mais elle contribuerait également à promouvoir la paix et la stabilité et à limiter l’escalade des besoins humanitaires. Le PAM a été témoin direct des résultats dans 24 États fragiles, où nous travaillons avec les communautés pour renforcer la résilience aux chocs climatiques. 

En Somalie, avant les inondations prévues ce mois-ci, le PAM a diffusé des messages d'alerte précoce et procédé à des paiements par anticipation à près de 230 000 personnes avant l'arrivée des eaux. Ceci, ainsi que les bateaux organisés par le PAM pour livrer des vivres essentiels et évacuer les personnes, ont permis aux communautés de limiter les dégâts causés par les inondations sur leurs vies et leurs moyens de subsistance.

2. Améliorez la prise en charge des pertes et des dommages

La crise climatique est une crise d’injustice. Ceux qui ont le moins contribué aux émissions mondiales subissent les pires impacts. Les pertes et dommages causés aux vies humaines, aux moyens de subsistance, aux habitations et aux systèmes alimentaires ont un coût financier énorme – 16 millions de dollars par heure, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

In Bong Country, Liberia, Vivian is among climate-smart trainees in WFP programme funded by the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints
Dans le pays de Bong, au Libéria, Vivian fait partie des 750 petits agriculteurs recevant une aide en espèces pour suivre une formation en agriculture intelligente face au climat, dans le cadre d'un programme du PAM. Photo : PAM/Richard Mbouet

Le PAM travaille avec les gouvernements et les communautés afin qu'ils puissent se protéger avant que des pertes et des dommages ne surviennent. Nous y parvenons grâce à des systèmes d’alerte précoce et des paiements par anticipation. Les programmes du PAM cherchent également à utiliser la nature comme protection physique, en restaurant les terres dégradées ou en plantant des arbres. À la suite de chocs climatiques, le PAM est souvent le premier sur le terrain, fournissant une aide alimentaire et monétaire d’urgence.

Nous devons voir ces solutions renforcées et étendues pour éviter, minimiser et remédier aux pertes et aux dommages pour les communautés les plus vulnérables.


 Tomatoes are harvested at the Kobe irrigation scheme Ethiopia's Somali region. Photo: WFP/Michael Twelde.
Les tomates sont récoltées dans le projet d'irrigation de Kobe, dans la région somalienne de l'Éthiopie. Photo : PAM/Michael Twelde.
3. Transformez les systèmes qui amènent la nourriture à nos tables

Les systèmes alimentaires mondiaux – les réseaux de producteurs, de transports et de marchés qui acheminent les aliments de "la ferme à l’assiette" – sont menacés par le changement climatique. Ils représentent également un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Transformer les systèmes alimentaires implique de restaurer les sols, afin que les agriculteurs puissent cultiver des aliments nutritifs en abondance, et de promouvoir la production et la consommation locales d’aliments intelligents face au climat et de cultures résistantes à la sécheresse. Nous devons également relier les systèmes alimentaires aux systèmes de soutien existants, ce qui signifie que la production alimentaire locale soit ininterrompue pour la population locale.

Maria, a member of the indigenous Ixil Mayan community, is among female smallholder farmers trained in operating to observe how the land behaves
Maria, une petite agricultrice, apprend à diversifier ses cultures dans le département de Quiché au Guatemala, avec le soutien du PAM. Les pratiques agricoles intelligentes face au climat améliorent les récoltes et réduisent la dégradation des terres. Photo : PAM/Giulio d'Adamo

Au Niger, dans la région africaine du Sahel, le PAM travaille avec les communautés pour restaurer les terres et les sols. Les agriculteurs sont capables de produire suffisamment de nourriture pour nourrir leurs familles et les vendre sur les marchés locaux, ayant eu la résilience nécessaire pour résister aux chocs. En fait, 80 pour cent des villages qui ont participé à de telles activités n’ont pas eu besoin d’aide humanitaire après la crise alimentaire mondiale de 2022.

 Participants in a project mapping the water-harnessing activities of farmers in communities in Sokorbé, Dosso. Photo: WFP/Richard Mbouet
Les participants d'un projet de formation destiné aux formateurs agricoles cartographient les activités de captage de l'eau dans les communautés de Sokorbé, près de la ville de Dosso au Niger. Il s’agit notamment de la construction de berges artificielles pour se protéger de l’érosion. Photo : PAM/Richard Mbouet

Transformer les systèmes alimentaires signifie également penser de manière globale. Grâce aux programmes de repas scolaires, par exemple, nous pouvons sensibiliser la prochaine génération au climat, tout en améliorant les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles en promouvant les repas scolaires produits localement. L’introduction de méthodes de cuisson propres dans les écoles contribue à réduire les émissions et à améliorer la santé du personnel et des élèves.

En rendant les systèmes alimentaires plus durables et plus résistants aux chocs climatiques, et en réduisant leur impact sur notre planète, nous pouvons lutter non seulement contre la faim dans le monde, mais aussi contre la crise climatique.

En avoir plus sur l'action climat du PAM

Maintenant c’est le
moment d’agir

Le PAM dépend entièrement des contributions volontaires, ainsi chaque don compte.
Faites un don aujourd’hui