Skip to main content

Les systèmes alimentaires doivent être repensés pour mettre un terme à l'escalade de la faim et atténuer les impacts climatiques, déclare le PAM à la veille de la Journée mondiale de l'alimentation

Photo : PAM/Badre Bahaji. Une femme travaillant dans sa ferme. Dans le cadre du projet, elle a été formée à l'agriculture intelligente face au climat.
ROME – Les systèmes alimentaires doivent être repensés pour mettre un terme à l'escalade de la faim et atténuer les impacts climatiques, déclare le PAM à la veille de la Journée mondiale de l'alimentation.

"Si nous voulons sortir du cycle sans fin de crise et de réponse, nous devons nous attaquer aux causes profondes de la faim par des projets pluriannuels et à long terme qui protègent les communautés des impacts de la crise climatique", a déclaré Volli Carucci, responsable de la résilience et des systèmes alimentaires au PAM.

Réduire les besoins humanitaires est tout aussi important que répondre aux urgences humanitaires, a souligné Carucci. "C’est le revers de la médaille des interventions d’urgence et nous ne devrions pas poursuivre l’un sans l’autre."

En cette Journée mondiale de l’alimentation 2023, quelque 345 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë et le système humanitaire a du mal à répondre aux besoins. Les extrêmes climatiques sont l’un des principaux facteurs de la faim dans le monde et, rien qu’en 2022, ils ont plongé 56,8 millions de personnes dans une insécurité alimentaire aiguë.

Les systèmes d’alerte précoce peuvent aider les communautés vulnérables à se préparer aux chocs météorologiques. Les communautés et les systèmes alimentaires locaux peuvent être protégés en restaurant les ressources en eau, en creusant des canaux d’irrigation et en reconstruisant les barrières naturelles contre les extrêmes climatiques.

En 2022, 9,4 millions de personnes dans 50 pays ont bénéficié des programmes du PAM qui visent à restaurer et à gérer les ressources naturelles dont dépend la production alimentaire. Parallèlement, 15 millions de personnes dans 42 pays ont reçu une assistance pour gérer les risques climatiques, grâce à des solutions telles que l’assurance récolte. Pour mettre en œuvre ces programmes, le PAM travaille avec les communautés, les gouvernements, d'autres agences des Nations Unies et des ONG sur le terrain.

Au Malawi, les projets intégrés de résilience du PAM ont aidé les communautés à s’adapter à des conditions météorologiques des plus extrêmes et ont réduit le besoin d’aide humanitaire. Le nombre de participants dépendant des interventions d’urgence du PAM est passé de 19 pour cent en 2019 à 3,6 pour cent en 2022.

Parallèlement, près de 500 000 personnes ont reçu cette année une aide humanitaire sous forme de prestations d’assurance contre les risques climatiques après les sécheresses catastrophiques au Burkina Faso, en Gambie et au Mali. Cela a été rendu possible grâce aux polices d’assurance souscrites par le PAM dans le cadre du programme African Risk Capacity Replica de l’Union africaine.

Rendre les systèmes alimentaires plus résilients implique toute une série d’approches différentes. Certains programmes aident les populations rurales à restaurer la fertilité des sols, à reconstruire les infrastructures de marché et à réduire les pertes après récolte. D’autres promeuvent des programmes d’alimentation scolaire à base de produits locaux : les cantines scolaires s’approvisionnent en nourriture auprès des agriculteurs locaux. La réhabilitation des terres et la conservation de l’eau sont également d’une importance cruciale.

"Nous devons repenser les systèmes alimentaires dans les endroits où les gens ont faim et régénérer la base de ces systèmes : la terre. Nous devons aider les petits agriculteurs à ramener de la nourriture sur les terres dégradées, et à créer des emplois au sein des systèmes alimentaires. À long terme, cela contribuera à réduire les besoins humanitaires et le nombre d’opérations d’intervention d’urgence coûteuses nécessaires", a déclaré Carucci.

 

 

#                 #                   #

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est le plus grand organisme humanitaire au monde, il sauve des vies en situations d'urgence et utilise l'assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d'un conflit ou d'une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique.

Suivez-nous sur Twitter @wfp_fr

Thèmes

Malawi Burkina Faso Gambie Mali Résilience Climat Sécurité alimentaire

Contact

Pour plus d'informations, veuillez contacter (email address: firstname.lastname@wfp.org):

Jenny Wilson, WFP/ Rome,
Mob. +39 3421235169

Marie Dasylva, WFP/Dakar,
Mob. +221 77 638 13 00