Skip to main content

L'Afrique de l'Ouest durement touchée par la crise climatique alors que des inondations meurtrières déciment des vies et des moyens de subsistance

Azimi Abubakar, 50, a resident of Gasamu, wades through the floodwater in Jakusko LGA of Yobe State, Nigeria, on 01 October 2022. ©WFP
DAKAR – Des précipitations supérieures à la moyenne et des inondations dévastatrices en Afrique de l'Ouest et du Centre ont touché cinq millions de personnes dans 19 pays de la région, faisant des centaines de morts, bouleversant leurs moyens de subsistance, poussant des dizaines de milliers de personnes à quitter leurs maisons et décimant plus d'un million d'hectares de terres cultivées - dans une région déjà en proie à une crise de la faim sans précédent. Cette catastrophe liée au climat est l'une des plus meurtrières que la région ait connue depuis des années et risque d'aggraver la situation déjà préoccupante de la faim pour des millions de personnes.

Les inondations ont frappé l'Afrique de l'Ouest alors que les dirigeants mondiaux vont se réunir pour la COP27 en Égypte autour de la crise climatique, et soulignent le besoin urgent d'aider les communautés en première ligne de la crise climatique à s'adapter, à élargir les solutions qui traitent des pertes et des dommages subis lors de catastrophes liées au climat, et d’investir dans l'action climatique dans les contextes fragiles.

« Les familles d'Afrique de l'Ouest ont déjà été poussées à bout en raison des conflits, des retombées socio-économiques de la pandémie et de la flambée des prix des denrées alimentaires. Ces inondations multiplient la misère et sont la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour les communautés qui luttent déjà pour garder la tête hors de l'eau », a déclaré Chris Nikoi, directeur régional du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest. 

« Le PAM est sur le terrain pour aider les familles touchées par les inondations à se remettre sur pied, en fournissant un ensemble de réponses immédiates, tout en aidant à renforcer la résilience de la communauté aux chocs futurs, et en ouvrant la voie vers la sortie de cette situation catastrophique », a ajouté M. Nikoi.

Les prévisions météorologiques à court terme indiquent des précipitations saisonnières supérieures à la moyenne dans toute la région de l'Afrique de l'Ouest (à l'exception des zones côtières du sud), avec un risque d'inondation affectant les populations et augmentant davantage les besoins humanitaires. Une confluence de calamités a déjà laissé 43 millions de personnes confrontées à des niveaux d'insécurité alimentaire de crise et d'urgence (phase 3 et 4 de l’IPC/CH) pendant la période de soudure de juin à août.

En réponse, le PAM est sur le terrain pour fournir une aide d'urgence de trois mois à 427 000 femmes, hommes et enfants, affectés par les inondations dans les pays gravement touchés, notamment la République centrafricaine, le Tchad, la Gambie, le Nigéria, Sao Tomé-et-Principe et la Sierra. Léon. Le PAM fournit également une réponse post-inondation ciblant principalement les petits exploitants agricoles dont les cultures ont été détruites.

L'aide alimentaire d'urgence du PAM est fournie sous la forme de vivres et de versements en espèces pour aider les familles touchées à répondre à leurs besoins alimentaires et nutritionnels de base, à un moment où les prix des denrées alimentaires montent en flèche, rendant déjà les repas de base hors de portée des familles vulnérables.

Dans de nombreux pays de la région, les prix des denrées alimentaires continuent d'augmenter par rapport à la moyenne de ces 5 dernières années. Les prix du maïs, par exemple, ont augmenté de 106%, 78%, 42% respectivement au Ghana, au Niger et au Nigeria. Au Burkina Faso, les prix du sorgho ont augmenté de 85 %. En Mauritanie, le blé a augmenté de 49 %, tandis qu'en Sierra Leone, le riz importé a augmenté de 87 %. La flambée des prix des denrées alimentaires, du carburant et des engrais non seulement aggrave la crise de la faim, mais fomente également des tensions socio-économiques - alors que les gouvernements luttent pour répondre à la crise en raison du lourd fardeau de la dette et de l'espace budgétaire limité.

En plus de répondre aux besoins immédiats des communautés touchées par les inondations, le PAM met en œuvre un programme d'action anticipée qui aide à renforcer les capacités des gouvernements et des partenaires. Cela comprend la mise en place de systèmes d'alerte précoce pour mieux se préparer aux extrêmes climatiques lorsqu'ils se produisent, et fournir des opportunités de financement pour éviter ou atténuer les impacts des événements météorologiques extrêmes imminents. En août, le PAM a activé son action anticipatrice au Niger, ciblant 200 000 personnes à risque avec des messages d'alerte précoce et des informations consultatives. 

« Le renforcement de la résilience et la promotion de l'adaptation au climat sont des éléments essentiels pour anticiper les aléas climatiques, restaurer les écosystèmes dégradés et protéger les communautés vulnérables contre l'impact des extrêmes climatiques », a noté M. Nikoi.

Dans les terres arides du Sahel, le PAM se concentre sur le renforcement de la résilience locale aux effets en cascade de la crise climatique, en promouvant des techniques agricoles qui aident à restaurer les terres et les écosystèmes dégradés. Le PAM aide les communautés à construire des systèmes de captage des eaux de pluie, et d'autres options de stockage d'eau durables qui permettent aux agriculteurs de planter des fruits et des légumes même après l'assèchement des lits des rivières.

Pour améliorer la gestion des risques climatiques par les gouvernements africains, le PAM met également en œuvre un programme d'assurance contre les risques climatiques. En 2022, le PAM a décaissé 9,4 millions de dollars de African Risk Capacity (ARC) replica pour la mise en œuvre d'un plan d'intervention rapide en Mauritanie, au Mali et au Burkina Faso à la suite de la sécheresse de 2021.

Pour s'assurer que le programme de réponse aux inondations du PAM puisse aider efficacement les communautés touchées, le PAM a besoin de 15 millions de dollars d’ici mars 2023.
 

Notes aux rédacteurs:

 

Photos disponibles ici.

 

Aperçu des inondations dans les pays durement touchés par les inondations :

  • République centrafricaine : À partir de juillet, des pluies torrentielles ont provoqué des inondations dans les préfectures de Bangui, Bangassou (sud-ouest) et Paoua (nord-ouest) affectant 35 000 personnes, détruisant les moyens de subsistance et les maisons. Beaucoup de personnes touchées sont hébergées dans des familles d'accueil ou dans des espaces publics comme des écoles ou des églises. Le PAM répond par une aide d'urgence en espèces ciblant 30 000 personnes qui ont un besoin urgent d'aide alimentaire. 
  • Tchad : Le pays connaît ses pires inondations en 30 ans avec 1 million de personnes touchées, des centaines de maisons détruites et des dommages massifs aux terres cultivées et aux moyens de subsistance. Les projections indiquent un risque d'inondations fluviales à grande échelle dans les prochains jours, ce qui pourrait rendre plus de personnes sans abri. Le PAM fournit des tentes pour abriter les sans-abri et des repas chauds aux familles touchées par les inondations. Une réponse alimentaire d'urgence de trois mois a été fournie en septembre, ciblant 300 000 personnes à travers le pays. 
  • Gambie : Les pluies torrentielles de fin juillet 2022 ont provoqué des inondations qui ont touché 109 000 personnes dans les banlieues des agglomérations urbaines. En août, le PAM a lancé un programme d'aide alimentaire d'urgence ciblant 51 200 femmes, hommes et enfants touchés par les pires inondations soudaines que la Gambie ait connues depuis près d'un demi-siècle. 
  • Nigeria: Depuis juin 2022, des inondations causées par des pluies torrentielles ont balayé de vastes étendues de terres dans 28 des 36 États du pays, y compris le Territoire de la capitale fédérale, Abuja. Les inondations ont touché 3,48 millions de personnes, fait de nombreux morts et détruit 637 000 hectares de terres cultivées. Le PAM est sur le terrain pour fournir une aide d'urgence aux personnes durement touchées par les inondations à Damaturu, dans l'État de Yobe, l'un des États les plus touchés par les inondations au Nigéria.

 

#                 #                   #

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est le plus grand organisme humanitaire au monde, il sauve des vies en situations d'urgence et utilise l'assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d'un conflit ou d'une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique.

Suivez-nous sur Twitter @WFP_WAfrica et @WFP_FR 
 

Thèmes

Crues

Contact

Djaounsede Madjiangar, WFP/Dakar,
Mob. +
221 77 639 42 71

James Belgrave, WFP/Rome,
Whatsapp. +39 366 529 4297