Skip to main content

La France soutient le Programme alimentaire mondial pour répondre aux besoins humanitaires et de développement

PARIS – Le Programme alimentaire mondial (PAM) remercie la France pour son engagement contre la faim et la malnutrition dans le monde, concrétisé par une contribution de 11 500 000 euros.

Face à la crise sanitaire liée au COVID-19, les pays les plus fragiles risquent de connaître des niveaux historiques d’insécurité alimentaire du fait de la perte des moyens de subsistance, des perturbations des chaînes d’approvisionnement et de la volatilité des prix des denrées alimentaires. Le PAM envisage de porter assistance à près de 138 millions de personnes en insécurité alimentaire cette année, un triste record.

« Alors que la pandémie de la COVID-19 exacerbe l’insécurité alimentaire des populations les plus vulnérables, cette nouvelle contribution de la France appuie les efforts décuplés du PAM pour mieux répondre aux besoins et accroître le nombre de personnes soutenues » a déclaré Delphine Borione, Ambassadrice et Représentante Permanente de la France auprès de l’OAA.

La France a répondu présente à l’appel formulé par le Directeur Executif du PAM pour faire face à ce risque de pandémie de la faim. Ces contributions annoncées en avance du calendrier habituel seront à destination de 15 pays parmi les plus fragiles. Elles permettront au PAM de poursuivre ses programmes vitaux d’assistance alimentaire et de nutrition, essentiels pour permettre aux plus vulnérables de faire face à la crise. Ce soutien est notamment particulièrement à propos pour 8 pays en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Cameroun, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Nigéria), où les stocks de nourriture commencent à baisser à cette époque de l’année et les récoltes ne sont pas encore prêtes, c’est la période de soudure, particulièrement critique pour les populations.

Le PAM salue également le soutien inédit apporté au Népal. En dépit des progrès significatifs enregistrés de la lutte contre la pauvreté dans le pays depuis 20 ans, l’exclusion géographique et socioéconomique reste un frein pour les groupes défavorisés.

La Jordanie, le Liban, la Palestine et le Yémen bénéficieront également de contribution afin de venir en aide aux populations victimes des conflits, qui restent le premier facteur de faim dans le monde.

La contribution de la France va également permettre de répondre aux besoins du service aérien d’aide humanitaire des Nations unies (UNHAS) au Burkina Faso, en République centrafricaine et à Haïti. UNHAS est parfois le seul moyen d’atteindre des zones les plus reculées. Dans un climat d’incertitude lié à la pandémie de COVID-19, la France contribue à maintenir ce service menacé par le manque de financement. “ Le Programme Alimentaire Mondial est reconnaissant à la France pour ses généreuses contributions pour permettre aux Services Aériens du PAM - WFP UNHAS - de maintenir et garantir un accès vital au Burkina Faso, en République centrafricaine, et en Haïti. Dans ces pays, près de 35 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire et 342 organisations humanitaires et de développement comptent sur UNHAS pour atteindre les personnes dans le besoin. Les ONG, y compris les organisations françaises, représentent 55% des utilisateurs de services dans ces pays. Cette contribution opportune leur permettra de poursuivre leurs activités d’urgence et de résilience. “ a déclaré Philippe Martou, directeur d’UNHAS.

 

                                         #                           #                            #

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies est la plus grande organisation humanitaire au monde. Il sauve des vies dans les situations d'urgence, construit la prospérité et favorise un avenir durable pour les personnes qui se relèvent de conflits, de catastrophes et de l'impact du changement climatique.
 

Suivez-nous sur Twitter @WFP_fr  @WFP_Media

Contact

Pour en savoir plus, contactez (email: prenom.nom@wfp.org)

Tiphaine Walton, PAM/France, Mob. +33 674159209