Skip to main content

La faim sévère persiste en Haïti alors que la violence dans la capitale s'intensifie

PORT-AU-PRINCE – La violence causée par les groupes armés, le ralentissement économique et les effets liés au climat continuent de générer des niveaux élevés de faim en Haïti, selon le nouveau rapport du Cadre intégré de la Classification de la sécurité alimentaire (IPC) publié la semaine dernière. Malgré une réduction du nombre de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë dans le pays, 44 pour cent des Haïtiens se trouvent toujours en situation de crise (phase 3 de l'IPC) ou d'urgence (phase 4 de l'IPC).

Le dernier rapport de l'IPC produit par le Gouvernement haïtien, en collaboration avec l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et d'autres partenaires, indique que 4,35 millions d'Haïtiens sont et seront confrontés à une insécurité alimentaire aiguë entre août 2023 et février 2024, alors qu'ils étaient 4,9 millions lors de la précédente période d'analyse (mars à juin 2023).

"Bien que nous nous réjouissions toujours d'une réduction, même modeste, du nombre de personnes souffrant de faim aiguë, nous sommes extrêmement préoccupés par les niveaux élevés de la faim qui continuent à hanter les Haïtiens. En parcourant le pays ces derniers mois, j'ai pu constater que l'aide alimentaire est l'un des principaux facteurs qui empêchent les Haïtiens de sombrer dans la famine. Pourtant, les niveaux d'urgence de l'insécurité alimentaire persistent dans plusieurs régions, et le financement est à un niveau extrêmement bas", a déclaré Jean-Martin Bauer, Directeur et Représentant du PAM en Haïti. "Sans une injection immédiate de fonds, nous risquons de voir un nombre encore plus important de personnes souffrir de la faim, réduisant ainsi à néant les progrès durement acquis".

Malgré une légère amélioration, les progrès restent fragiles en raison du manque de financement et d'une récente recrudescence des déplacements forcés de la population liés à la violence. Les incursions de groupes armés dans plusieurs quartiers résidentiels de la capitale Port-au-Prince, ainsi que l'expansion de l'activité criminelle dans les zones rurales telles que le département de l'Artibonite, le grenier à blé d'Haïti, pourraient entraîner une perturbation généralisée des marchés alimentaires locaux et conduire le pays à des niveaux de faim désastreux.

"Les interventions agricoles d'urgence, en particulier lorsqu'elles sont combinées à une aide financière et alimentaire, peuvent avoir un impact considérable sur la disponibilité des produits alimentaires et l'accès à la nourriture. Il est essentiel que nous fournissions aux petits exploitants agricoles un soutien par l’octroi de moyens de subsistance, pour qu'ils puissent nourrir leurs familles et la communauté au sens large, contribuant ainsi rapidement à l'amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition. L'aide agricole est une aide humanitaire et ne peut être négligée. Pourtant, à ce jour, seulement 12 pour cent des personnes ciblées ont bénéficié de l'aide agricole d'urgence", a déclaré Patrick David, Responsable de la FAO en Haïti.

La légère amélioration de la sécurité alimentaire est attribuée en partie à une meilleure disponibilité du carburant, alors qu'au moment de la dernière analyse, le pays était confronté à une forte contraction économique avec une offre limitée et un prix élevé pour le carburant, augmentant ainsi les coûts de transport. Le rapport indique encore que l'amélioration des déplacements dans le pays et l'utilisation d'itinéraires de transport alternatifs ont rendu plus facile la circulation des marchandises. Des niveaux importants d'aide alimentaire, sous forme de rations et de transferts en espèces, ont également contribué à améliorer la sécurité alimentaire dans certaines régions.

De plus, dans un pays fortement dépendant des importations alimentaires, la dépréciation de la gourde haïtienne par rapport au dollar américain s'est stabilisée, voire inversée depuis mai 2023. Après avoir atteint un pic de 155 HTG/USD en avril 2023, le taux de change est resté stable autour de 135-140 HTG/USD depuis mai 2023. Cela a eu un impact positif immédiat sur le pouvoir d'achat des ménages des plus pauvres, contribuant à une légère réduction du nombre de personnes dans les phases 3 et 4 de l'IPC.

Selon les derniers résultats sur les Points chauds de la Faim du PAM et de la FAO, Haïti est l'un des 9 pays confrontés à des risques de famine, et l'un des 5 pays dont plus de 10 pour cent de la population est en IPC 4 (urgence), selon le rapport sur les crises alimentaires de 2023.

Depuis le début de l'année, le PAM a soutenu 1,5 million de personnes en Haïti, en fournissant plus de 40 millions de dollars en transferts monétaires, en distribuant plus de 6 500 tonnes de rations alimentaires sèches et en servant des repas scolaires à plus de 450 000 élèves à travers le pays. Chaque mois, le PAM achète pour plus d'un million de dollars de produits locaux, ce qui permet d'autonomiser les agriculteurs et de soutenir les marchés locaux.

 

#                    #                       #

 

L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) est une agence spécialisée qui dirige les efforts internationaux pour vaincre la faim. Elle vise à transformer les systèmes agroalimentaires, en les rendant plus efficaces, inclusifs, résilients et durables pour une meilleure production, une meilleure nutrition, un meilleur environnement et une meilleure vie, en ne laissant personne de côté. L'objectif de la FAO est de parvenir à la sécurité alimentaire pour tous et de veiller à ce que les populations aient un accès régulier à une alimentation suffisante et de qualité pour mener une vie active et saine.

Suivez-nous sur Twitter : @FAO, @FAOHaiti
 

Le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies est la plus grande organisation humanitaire au monde. Elle sauve des vies dans les situations d'urgence et utilise l'aide alimentaire pour construire un chemin vers la paix, la stabilité et la prospérité pour les personnes qui se remettent d'un conflit, d'une catastrophe ou de l'impact du changement climatique.

Suivez-nous sur Twitter @wfp_fr, @wfp_Haiti

Thèmes

Haïti Sécurité alimentaire Agences basées à Rome Financement

Contact

Claire Pressoir, FAO/Port-au-Prince
+509 4420 0726,
claire.pressoir@fao.org

Tanya Birkbeck, PAM/Port-au-Prince
+509 3735 4333,
tanya.birkbeck@wfp.