Skip to main content

Besoin urgent d’aide alimentaire pour Togo

Besoin urgent d’aide alimentaire pour les victimes des troubles au Togo

Dakar,
2005-07-15 (Communiqué de presse) - Après les récents troubles politiques et les conséquences de la violence au Togo, le PAM a lancé aujourd’hui un appel de trois millions de dollars US, afin que les 66’500 personnes forcées de fuir leurs maisons ne souffrent pas de la faim dans les mois à venir.

Les troubles au Togo ont été précipités par la mort du président Gnassingbe Eyadema en février et par la violence que le processus électoral a entraînée.

Au moins 100 personnes sont mortes au cours des affrontements violents qui se sont déroulés au moment des élections du mois d’avril, et beaucoup d’autres ont toujours peur de rentrer chez eux.

Jusqu’à présent, le PAM a pu emprunter des vivres de ses autres opérations mais devant la diminution rapide des stocks de nourriture et le fait qu’il n’y ait aucun signe d’un retour immédiat des réfugiés, le PAM se retrouve contraint de lancer cet appel.

Une aide alimentaire est nécessaire pour nourrir 21’000 réfugiés au Bénin et 17’ 000 au Ghana ainsi que 10’000 personnes déplacées à l’intérieur du Togo. Les 18’500 personnes restantes sont les membres de communautés locales qui hébergent les personnes déplacées du Togo et qui, par conséquence, se retrouvent elles-mêmes avec un accès réduit à la nourriture.

«Les victimes des évènements du Togo font partie des plus ignorées» a dit le directeur régional du bureau d’Afrique de l’Ouest du PAM, Mustapha Darboe.

«Nous avons pour le moment été capable de répondre à leurs besoins les plus immédiats. Mais nous devons aujourd’hui nous assurer de disposer des ressources nécessaires pour les mois à venir.»

Seuls 8’000 de ceux qui ont fui leurs maisons ont trouvé refuge dans deux camps de réfugiés du Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies au Bénin. Le reste a été accueilli par des communautés locales dans les trois pays environnants, assumant ainsi une charge additionnelle importante.

Afin d’éviter une dépendance à long terme de l’aide alimentaire, le PAM prévoit de terminer dans les deux mois les distributions gratuites de nourriture hors des camps de réfugiés.

Il les remplacera par une assistance destinée à cibler les plus vulnérables et à encourager l’autosuffisance alimentaire. Cette assistance inclura des projets où les gens recevront de la nourriture contre le travail d’entretien ou de création de routes.

En plus, des repas gratuits seront distribués dans les centres de santé et dans les écoles afin d’encourager les enfants à aller à l’école.

«Le PAM est en train de monter une réponse régionale à un problème régional» a dit Mr. Darboe.

«Nous espérons bien sûr que le Togo trouvera rapidement une solution politique acceptable pour tous, afin que toutes les personnes déplacées puissent rentrer chez elles en sécurité et avec l’esprit tranquille.»