Skip to main content

Afrique australe : les agences de l'ONU appellent à soutenir davantage les personnes souffrant de la faim face aux chocs climatiques

WFP/Giulio d'Adamo
Site de distribution du PAM à Maheny (région de Beloha), Madagascar
JOHANNESBURG – 45 millions, voici le nombre record de personnes qui se retrouveront en situation de grave insécurité alimentaire au cours des six prochains mois dans les 16 pays formant la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), ont averti les agences alimentaires des Nations Unies.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) demandent un financement d'urgence pour éviter une crise alimentaire majeure. Les agences appellent la communauté internationale à continuer d’investir sur le long terme afin de lutter contre les impacts des chocs climatiques et de renforcer la capacité des communautés et des pays à leur résister.

Plus de 11 millions de personnes sont actuellement confrontées à une situation d’insécurité alimentaire de « crise » ou « d'urgence » (phases 3 et 4 de l’IPC) dans neuf pays d'Afrique australe, à savoir, l’Angola, le Zimbabwe, le Mozambique, la Zambie, Madagascar, le Malawi, la Namibie, l’Eswatini et le Lesotho.

« Les régions du centre et de l’ouest ont connu la pire sécheresse depuis 35 pendant la saison des cultures », a déclaré Margaret Malu, Directrice régionale par intérim du PAM en Afrique australe. « Nous devons répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels urgents de millions de personnes, mais aussi investir dans le renforcement de la résilience de ceux qui sont menacés par des sécheresses, des inondations et des tempêtes de plus en plus fréquentes et graves. »

Si l'Afrique australe a pu enregistrer des pluies relativement normales pendant l’une des cinq dernières saisons de cultures, la sécheresse persistante, les cyclones consécutifs et les inondations ont complétement dévasté les récoltes dans cette région extrêmement dépendante de l'agriculture pluviale et des petits exploitants agricoles.

La crise grandissante de la faim, qui touche aussi bien les communautés urbaines que rurales, est aggravée par La hausse des prix des denrées alimentaires, les pertes massives enregistrées au niveau du bétail et le taux de chômage en hausse viennent aggraver la crise alimentaire qui affecte déjà les communautés urbaines et rurales, et contribuent à faire grimper le taux de malnutrition aiguë dans les communautés particulièrement à risque.

Les agences alimentaires de l'ONU intensifient leurs interventions dans les neuf pays cités précédemment et prévoient d'aider plus de 11 millions de personnes d'ici mi-2020. En plus de répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels urgents, les agences aideront les petits exploitants agricoles à augmenter leur production et à réduire leurs pertes mais également à gérer durablement les précieuses ressources en sols et en eau ainsi qu’à adopter des pratiques agricoles respectueuses du climat. Par ailleurs les programmes mis en place viseront à améliorer l'accès aux intrants, aux crédits et aux marchés et à mener des campagnes de vaccination pour contenir les maladies animales.

« Les pluies tardives, les longues périodes de sécheresse, deux cyclones de grande ampleur et plusieurs défis économiques se sont avérés être une catastrophe pour la sécurité alimentaire et les moyens d'existence en Afrique australe. Pour de nombreuses communautés agricoles, il faudrait au moins deux à trois saisons de culture pour retourner à une production normale, il est donc primordial de les aider immédiatement. Il est maintenant temps d'intensifier nos interventions d'urgence dans le secteur agricole. Nous devons nous assurer que les agriculteurs et les agropasteurs profitent des pluies abondantes, en espérant qu'elles arrivent, car cela sera essentiel pour les aider à reconstruire leurs moyens d'existence », a souligné M. Alain Onibon, Coordinateur sous régional de la FAO pour l'Afrique australe.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, les températures en Afrique australe augmentent deux fois plus vite que la moyenne mondiale et la région comprend six des neuf pays africains qui seront les plus durement frappés par de mauvaises conditions climatiques dans les années à venir : la République démocratique du Congo, le Malawi, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe.

« Dans une région si sujette aux chocs et affichant des taux élevés de faim chronique, d'inégalité et de pauvreté structurelle, le changement climatique représente un problème pressent qui doit être traité de toute urgence. Les gouvernements ont le plus grand rôle à jouer, mais nous devons tous agir, car nous sommes tous concernés », a déclaré Robson Mutandi, Directeur du pôle Afrique australe pour le FIDA.

Associer l’action humanitaire au développement sur le long terme est essentiel pour pouvoir surmonter les crises actuelles et s'attaquer aux causes profondes de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire. Avec des sources de financement durables, les communautés et les pays peuvent renforcer leur résilience aux chocs futurs.

 

                                                                                            #                           #                            #

 

À propos de la FAO

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) vise à assurer la sécurité alimentaire et à faire en sorte que les gens aient accès à suffisamment de nourriture de qualité pour mener une vie saine. Elle compte plus de 194 États membres et travaille dans plus de 130 pays à travers le monde.

Suivez la FAO sur Twitter : @FAONEWS   @faosfsafrica   @FAOenfrançais

 

À propos du FIDA

Le FIDA investit dans les populations rurales, en leur donnant les moyens de réduire la pauvreté, d'accroître la sécurité alimentaire, d'améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, nous avons accordé 21,5 milliards de dollars américains en subventions et en prêts à faible taux d'intérêt à des projets qui ont touché environ 491 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et une institution spécialisée des Nations Unies basée à Rome - la plaque tournante des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Suivez le FIDA sur Twitter : @IFAD

 

À propos du PAM

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, ce sont des vies sauvées dans l'urgence et des vies transformées par le développement durable. Au Programme alimentaire mondial, nous intervenons dans plus de 80 pays pour nourrir les millions d'hommes et de femmes touché(e)s par les conflits et les catastrophes, et pour jeter les bases d'un avenir meilleur.

Suivez-nous sur Twitter : @wfp_fr   @wfp_media   @wfp_africa

Thèmes
Réduction des risques de catastrophe Sécurité alimentaire
Contact

Pour en savoir plus, merci de contacter (email: prenom.nom@wfp.org)

FAO

Daisy Leoncio, FAO/Accra,

daisy.leoncio@fao.org, Tel : +233 302 610 930

 

FIDA

David Florentin Paqui, FIDA/Rome,

d.paqui@ifad.org, Tel. +39 065454592213, Mob. +39 3357516406

 

PAM

Gerald Bourke, PAM/Johannesburg,

gerald.bourke@wfp.org, Tel. +27 11 517 1577, Mob. +27 82 908 1417