Repas scolaires au Cap Vert: un succès national

Publié le 07 septembre 2010

Les repas scolaires du PAM ont largement contribué au succès du système éducatif cap-verdien.

Copyright: WFP/Ramin Rafirasme

 

ROME – Après plus de 30 ans de collaboration entre le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et le Gouvernement du Cap Vert, le pays vient de reprendre à son compte le programme national de repas scolaires. Une initiative exemplaire pour de nombreux autres pays en développement.
Le programme de cantines au Cap Vert date de 1979, quatre ans après l’indépendance de ce pays d’Afrique de l’Ouest. A cette époque les programmes dépendaient entièrement du PAM pour un appui financier, technique et logistique.  Dès 2007, le gouvernement a pris le relai dans la gestion et l’implantation des programmes, avec un partage des financements au départ de 15% qui a progressivement augmenté pour atteindre aujourd’hui les 100%.
 
“Les activités du PAM ont largement contribué au succès du système éducatif cap-verdien,  à la lutte contre la pauvreté ” a expliqué le Premier Ministre du Cap Vert, José Maria Neves, aux côtés de Josette Sheeran, Directrice Exécutive du PAM dont le siège a accueilli une cérémonie aujourd’hui à cet effet. 
 
“Sans les efforts du PAM , les cantines scolaires n’auraient  jamais vu le jour. Ces repas améliorent la nutrition infantile, essentielle au développement de la population du Cap Vert. Il s’agit d’un investissement primordial dans l’avenir du pays qui vise à renforcer la cohésion sociale et améliorer les conditions de vie”.
 
Pour sa part, Josette Sheeran souligné que le  Cap Vert est exemplaire en matière de lutte contre la faim. “L’implication du gouvernement du Cap Vert envers les enfants malnutris est précisément le type d’engagement dont nous pouvons être fiers. Nous éspérons que d’autres gouvernements tireront les leçons de cette réussite”. 
 
Un repas scolaire quotidien assure le développement physique et intellectuel des enfants de manière efficace. C’est un investissement dans  l’avenir de ces enfants et dans celui de leur pays. Un repas scolaire nutritif améliore l’assiduité et permet aux enfants de mieux se concentrer pendant les cours.
 
Le travail du PAM au Cap Vert continuera sous la forme  d’appui technique auprès du gouvernement. Ces collaborations ont pour but de réduire les coûts de l’approvisionnement local des cantines.
 
Depuis 1993, huit pays africains font partie des 38 états qui ont réussi à reprendre la gestion intégrale des programmes de cantines. Le Cap Vert se trouve par ailleurs en bonne voie pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement  (OMD) d’ici 2015. 
 
Le PAM  a mis en place le système de repas scolaires il y à 45 ans et fournit un repas quotidien à près de 22 millions d’enfants dans plus de  60 pays.