Un manque de financement menace l'assistance vitale à des milliers de déplacés en République centrafricaine

Publié le 22 décembre 2016

Crédit photo : WFP/Sylvain Cherkaoui

BANGUI - Le Programme alimentaire mondial (PAM) exhorte les  bailleurs de fonds à mobiliser les ressources nécessaires pour maintenir l’assistance vitale apportée à 150 000 personnes extrêmement vulnérables déplacées par les violences en République centrafricaine. Sans un financement urgent, le PAM pourrait être forcé de suspendre cette aide en février.

En 2016, le manque de financement a déjà eu de graves répercussions. Le PAM n’a pu aider que la moitié, voire moins, des populations visées - environ 400 000 individus sur près d'un million - laissant plus d'un demi-million de personnes cruellement démunies.

Le PAM a également été forcé de réduire de moitié la quantité de nourriture fournie. Depuis le début de l’année, les bénéficiaires des distributions générales reçoivent des demi-rations. En novembre et décembre, les distributions de repas scolaires n’ont couvert  que 15 jours, au lieu des 18 prévus.

En décembre, des milliers de personnes déplacées à Kaga Bandoro – ville frappée par des violences en octobre 2016 - ont dû survivre avec à peine un quart de ration.

«Nos stocks alimentaires sont au plus bas. Sans ressources supplémentaires, nous serons obligés de faire de nouvelles coupes dans les rations en janvier et de distribuer une ration sans riz, une quantité réduite de pois, d'huile végétale, de sel iodé et de suppléments nutritionnels enrichis en vitamines et oligo-éléments. Sans un soutien urgent, nous serons forcés de suspendre nos distributions alimentaires à partir de février », a déclaré Felix Gomez, directeur de pays du PAM en R.C.A.

Le PAM a besoin de 21,5 millions de dollars américains pour maintenir l’assistance à 150 000 personnes déplacées et réfugiés jusqu’en juin 2017. Les fonds seront utilisés pour acquérir 14 580 tonnes de nourriture et assurer des distributions de rations alimentaires complètes.

«La nourriture distribuée par le PAM représente une bouée de sauvetage pour ces personnes qui ont tout perdu. La suspension de l'assistance aurait un impact dramatique sur la vie des personnes déplacées et des réfugiés qui dépendent de nos distributions pour se nourrir et nourrir leurs familles », a ajouté Gomez.

L'interruption de l'assistance placerait un fardeau insupportable sur les communautés d’accueil, déjà extrêmement vulnérables, ce qui pourrait alimenter des frictions et poser des risques pour la sécurité.

"Nous en appelons à la générosité de nos donateurs pour aider à prévenir une crise humanitaire encore plus grave", a conclu Gomez.

En R.C.A, les années de conflit ont précipité des millions de personnes dans la pauvreté et la faim. La moitié des près de 5 millions d'habitants sont actuellement confrontés à la faim. En 2017, le PAM prévoit d'aider 578 000 personnes à travers des distributions alimentaires mensuelles; des distributions d’assistance alimentaire en échange de la création d’actifs communautaires; le programme d’approvisionnement local « Achat pour le progrès », qui offre des débouchés commerciaux aux petits exploitants; des distributions de suppléments nutritionnels fortifiés aux enfants de moins de deux ans pour traiter et prévenir la malnutrition aiguë modérée; ainsi que des distributions de repas scolaires.  

#                #               #

Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d’urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelques 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

Suivez-nous sur Twitter : @WFP_WAfrica, @WFP_FR

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Marie-Joëlle Jean- Charles, WFP/Republique Centrafricaine, mariejo.jncharles@wfp.org, +236 72187590

Simon Pierre Diouf, WFP/Dakar, simonpierre.diouf@wfp.org +221 778012221