MADAGASCAR : L’UE ET LE PAM PARTENAIRES DANS LA PRÉPARATION ET LES RÉPONSES AUX CATASTROPHES HUMANITAIRES

Publié le 03 août 2018

Communiqué de presse

(Pour faire face aux effets de la sècheresse, les populations des régions du Grand sud de Madagascar ont recours à des stratégies telles que la consommation d’aliments de disette. Ici, le cactus rouge est vendu au marché de Tsihombe)


31 juillet 2018

ANTANANARIVO –Le Programme Alimentaire Mondial à Madagascar a reçu une contribution financière d’un montant de 700 000 euros de la commission européenne. Cette aide humanitaire sera utilisée pour mettre en place un projet de réduction et gestion de risques de catastrophes dans les régions du grand sud de Madagascar frappées par la sécheresse ; et celles du sud-est, exposées aux risques cycloniques et d’inondations. Dans ces régions, 50 000 personnes sont impliquées ou bénéficient des retombées de ce projet.


« Les défis mondiaux, comme les aléas climatiques, exigent des efforts conjoints afin de protéger les populations hautement à risque comme à Madagascar. Avec ce financement, l’UE souhaite contribuer à renforcer la préparation et la réponse aux cyclones, inondations et sécheresses pour en réduire l’impact sur les vies et les moyens de subsistance des communautés malgaches » a déclaré Alexandre Castellano, responsable de programmes pour le service à la protection civile et à l’aide humanitaire de la Commission européenne.
«Les chocs récurrents menacent la vie et fragilisent les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des communautés affectées. Une meilleure préparation permet de sauver plus de vies, réduire les pertes socio-économiques et mieux les assister. Le PAM remercie l’Union européenne pour son financement qui contribue à l’atteinte de ces objectifs susmentionnés » souligne Moumini Ouedraogo, Représentant du PAM à Madagascar.
Les objectifs du projet sont de contribuer à améliorer le système d’alerte précoce et les réponses précoces dans le sud ; renforcer la capacité des autorités et partenaires au niveau national et local dans la préparation de programmes de transferts monétaires durant les urgences, la logistique et la télécommunication ; ainsi que le développement de programmes nationaux de protection sociale d’urgence, ou « réactive » aux chocs.

(A Tsihombe, comme dans de nombreuses régions du sud de Madagascar, les bidons d’eau sont transportés par des charrettes à zébus depuis les sources pour être vendus aux villages)

Dans le sud, le projet sera mis en place dans trois communes et vise à améliorer le système d’alerte précoce. Ce système permet de collecter et analyser les informations aidant à la diffusion d’alertes et à réduire les impacts de la sècheresse.

Dans ces communes, il est prévu la mise en place de 20 communautés prêtes à réagir et gérer efficacement les catastrophes. Ceci sera réalisé grâce à l’élaboration d’un plan communautaire de préparation et de réduction des risques de sécheresse. Les communautés seront dotées de kits pour pouvoir envoyer et recevoir les informations nécessaires. Des programmes radiophoniques liés aux risques de sècheresse seront élaborés et diffusés localement afin d’informer les populations sur les actions à prendre.

Sous la direction du Ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme et le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC), les activités viseront également à renforcer la capacité des autorités nationales en matière de protection sociale en cas d'urgences humanitaires et en programmes de transferts monétaires d’urgence.

Une partie de ce financement sera utilisée pour mettre en place un paquet d’activités visant à renforcer la capacité logistique nationale, à travers le BNGRC, en préparation et réponse aux urgences liées aux catastrophes naturelles.
Dans le domaine des télécommunications d’urgence, le PAM appuiera le Gouvernement et le BNGRC dans l’utilisation des drones pour les évaluations rapides.

 

 Contacts pour la presse :
Volana Rarivoson, Communications Assistant Tél. + 261 32 05 027 40 (volana.rarivoson@wfp.org)

Photos credits : PAM/Jules Bosco Bezaka