Le Premier Ministre de Madagascar demande du soutien et des investissements pour lutter contre la malnutrition chronique

Publié le 22 décembre 2016

Crédit Photo: WFP/Graeme Williams

Antananarivo - Les résultats de la nouvelle enquête sur le Coût De la Faim en Afrique (CDFA) indiquent que l’économie de Madagasacar perd 3 384 milliards d'Ariary (1,5 milliard de dollars) par an – soit l’équivalent de 14,5% du Produit Intérieur Brut (PIB) du pays – à cause des effets de la malnutrition.

L’enquête du CDFA est un projet mené par la Commission de l’Union Africaine et le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD), développé avec l’aide de la Commission Economique pour l'Afrique (CEA) des Nations Unies et le Programme alimentaire mondial (PAM). Les découvertes mettent en lumière l’étendue des dommages sociaux et économiques causés par la malnutrition des enfants dans un pays donné.

Mme Hawa Ahmed Youssouf, la Représentante de la Commission de l'Union Africaine à Madagascar, a aujourd'hui officiellement présenté le rapport d'étude au Premier Ministre et chef du Gouvernement de Madagascar, H.E. Olivier Mahafaly Solonandrasana.

Pendant la cérémonie tenue à Antananarivo, le Premier ministre a exprimé sa préoccupation à propos du niveau alarmant de malnutrition chronique dans le pays. À Madagascar, 47% des enfants de moins de cinq ans sont affectés par un retard de croissance.

« Madagascar a le cinquième taux le plus haut de retard de croissance dans le monde, » a dit le Premier Ministre. « Les résultats de l’étude du Coût de la Faim confirment qu’il est urgent de mobiliser plus de ressources et d’investissements pour réduire le niveau de malnutrition et son impact. Ceci est une des priorités du Plan National de Développement. J'invite nos partenaires multisectoriels à nous rejoindre dans cette démarche. »

Sous la direction du Premier Ministre, l'étude du CDFA à Madagascar a été menée par l'équipe du Plan National de Développement (composé de 14 agences et ministères) avec le soutien des Nations Unies et de partenaires financiers.

« L'étude a pour but de développer la sensibilisation des gouvernements africains à la malnutrition infantile et du fait que ce n’est pas seulement une problématique sanitaire et sociale, mais une des préoccupations économiques majeures, » a dit Mme Youssouf. « L'Union Africaine soutient cette initiative à Madagascar parce que nous savons que le gouvernement s’est engagé à lutter contre la malnutrition. »

Madagascar est le dixième pays d’Afrique à avoir conduit l'étude du CDFA, après le Burkina Faso, le Tchad, le Ghana, l'Éthiopie, le Lesotho, le Malawi, l'Ouganda, le Rwanda et le Swaziland. Le processus a révélé que les économies africaines perdent entre 1,9 et 16,5 % du PIB à cause de la malnutrition infantile.

Le lancement officiel du rapport pour Madagascar a été suivi d’une présentation du projet intégré MIARO sur la nutrition et la santé maternelle et infantile, qui a pour but prévenir la malnutrition chronique chez les enfants âgés de 6 à 23 mois et les femmes enceintes et celles qui allaitent, tout en améliorant l'accès des femmes aux services de santé reproductive au sud du pays.

Le lancement du CDFA sort alors que le sud de Madagascar subit les effets de la sécheresse, exacerbés cette année par phénomène météorologique El Niño. En novembre, le PAM a aidé un million de personnes à travers des distributions alimentaires générales, des transferts monétaires et une assistance nutritive pour prévenir et traiter la malnutrition aiguë modérée. La faculté du PAM à maintenir ce niveau d'assistance au cours des prochains mois dépendra de la disponibilité de fonds pour ses opérations.

Lien vers l’enquête

Qu’est-ce que la malnutrition ?

La malnutrition est un état qui résulte de carences en nutriments souvent associé à l’insécurité alimentaire, au mauvais état de santé, aux mauvaises conditions d’hygiène et d’assainissement et à la pauvreté. Cependant, il faut souligner le fait qu’à Madagascar, en dépit des aléas climatiques notamment dans le Grand Sud, les produits alimentaires existent sur le marché; c’est l’accès à ces produits qui fait défaut vu l’impact de la pauvreté sur les ménages surtout les plus vulnérables. En outre, les bonnes pratiques nutritionnelles ne sont pas encore suffisamment ancrées dans les mœurs.  A Madagascar 47% des enfants de moins de cinq ans souffrent de la malnutrition chronique (ou retard de croissance); environ 9% des enfants de moins de cinq ans sur l’ensemble  du pays souffrent de la malnutrition aigüe (ou maigreur), bien que la partie sud du pays soit plus affectée avec des pics fréquents.

#                #               #

Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d’urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelques 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

Suivez nous sur Twitter : @ WFP_FR ; @WFP_Media ; WFP_Mena

Liste des partenaires :

Gouvernement de Madagascar, Union Africaine, Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD), PAM/WFP, UNICEF, CEPALC, OMS, FAO

Pour plus d’informations, veuillez contacter (adresse email : prénom.nom@wfp.org) :

Charles Clément Rakololahy, Conseiller Spécial du Premier Ministre. Tel. + 261 (0)340550485

Dr. Janet Byaruhanga, Health Policy Officer and COHA focal point Union Commission.
Tel. +251 (0) 913118479 BYARUHANGAJ@africa-union.org

Volana Rarivoson WFP/ Madagascar Tel. + 261 (0)32 05 027 40. volana.rarivoson@wfp.org

David Orr, WFP/Johannesburg, Tel. + 27 11 5151577, mob. + 27 82 9081417. david.orr@wfp.org

Andre Vornic, WFP/Rome, Tel. +39 06 65132281, mob +39 3499801068. andre.vornic@wfp.org