Le PAM contraint de réduire les rations pour 460 000 enfants en Côte d’Ivoire

Publié le 05 mars 2010

Le PAM a besoin de financements supplémentaires pour continuer son assistance vitale à des milliers d'écoliers en Côte d'Ivoire.

Copyright: WFP/Ramin Rafirasme

 

ABIDJAN – En raison d’un déficit budgétaire, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a annoncé aujourd’hui la réduction de moitié de la taille des repas scolaires pour environ 460 000 enfants. Le PAM a besoin de 6 millions de dollars pour rétablir les rations complètes et continuer à nourrir les enfants sous-alimentés.
En février, le PAM a réduit la taille des rations de 50% pour les écoliers du primaire. Si le PAM ne parvient pas à réunir les financements nécessaires, l’agence avertit que les rations devront être réduites davantage ou mêmes arrêtées au mois d’avril.
 
“Cette importante réduction est d’autant plus regrettable qu’elle intervient à un moment critique dans le processus de paix en Côte d’Ivoire”, explique Thomas Yanga, Directeur régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest.
 
Des fonds supplémentaires seront nécessaires pour couvrir d’éventuels besoins d’urgence, par exemple, en cas de troubles politiques, a-t-il ajouté. ‘Si la situation actuelle se détériore, le PAM n’aura pas les ressources pour y remédier convenablement ” a déclaré Alain Cordeil, représentant du PAM en Côte d’Ivoire. 
 
Les taux de malnutritions aiguë et chronique dans le Nord-Ouest de la région Worodougou et  dans la région occidentale de Montagne dépassent le seuil critique fixé par L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).  Outre le manque de financement pour les cantines scolaires, le PAM devra également réduire les compléments nutritionnels pour 10 000 enfants malnutris qui en bénéficient actuellement s’il ne reçoit pas 300 000 dollars d’ici mars. Ces rations  sont composées d’un mélange maïs/soja enrichi en micronutriments. Le soutien apporté aux 22 500 enfants séropositifs, qui reçoivent aujourd’hui une ration alimentaire familiale, est également menacé. 
 
“L’aide alimentaire du PAM est vitale pour tenter de corriger la situation alimentaire actuelle qui pourrait rapidement se transformer en une crise nutritionnelle à plus grande échelle.  “ Il faut impérativement prévenir des taux de malnutrition élevés pendant la période de soudure entre les mois de mai et de septembre » a expliqué le Dr. Patricia N’Goran, directrice du Programme National de Nutrition.
 
Le PAM vise à nourrir plus d’un million de personnes concernées par le conflit en Côte d’Ivoire, particulièrement dans les régions du nord et de l’ouest.