Le PAM commence des distributions de vivres en faveur des milliers de déplacés, victimes du conflit dans la région du Kasaï en RDC

Publié le 21 août 2017

TSHILUMBA, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO – Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et son partenaire World Vision ont lancé une opération d’urgence pour fournir une assistance alimentaire à 42 000 personnes en situation d’insécurité alimentaire dans les provinces du Kasaï et du Kasaï Central. Cette assistance sera fournie aux personnes qui ont fui leurs villages en raison du conflit dans la région.

Là où un accès sécurisé est possible, le PAM envisage d’apporter son assistance à 25 000 personnes déplacées dans le Kasaï Central et 17 000 personnes dans la province du Kasaï dans les prochains jours. Le PAM a toutefois urgemment besoin de 17,3 millions de dollars américains pour soutenir le développement des opérations d’assistance en faveur de 250 000 personnes vulnérables dans ces provinces de septembre à décembre 2017.

Des distributions de vivres ont commencé dans la ville de Tshilumba, dans la province du Kasaï central, et d’autres distributions sont prévues ce mois-ci. Pour ce faire, le PAM et l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) continuent d’identifier les personnes déplacées les plus vulnérables dans les zones présentant des niveaux d’insécurité alimentaire élevés, selon une étude récente sur la sécurité alimentaire, et où l’accès sécurisé est possible.

Le résultat d’une récente évaluation de la sécurité alimentaire a montré que, l’année dernière, le nombre de personnes nécessitant une aide alimentaire d’urgence en République démocratique du Congo a augmenté de 1,8 million, passant de 5,9 à 7,7 millions. Dans les zones touchées par le conflit, plus de 1,5 million de personnes font face à des niveaux « d’urgence » en insécurité alimentaire, ne laissant pas d’autre choix à beaucoup d’entre elles, que de vendre tout ce qu’elles possèdent, tout en réduisant ou en supprimant certains repas.

En plus des distributions de vivres, le PAM dirige le Cluster logistique qui fournit un soutien technique et logistique aux organisations humanitaires. Il est opérationnel dans la région du Kasaï depuis juin. Des entrepôts mobiles ont été construits pour stocker des biens humanitaires et plusieurs camions ont été envoyés au Kasaï et Kasaï Central pour le transport de ces biens.

Afin de répondre aux besoins énormes des personnes déplacées dans les zones difficiles d’accès ), le Service humanitaire aérien des Nations Unies dirigé par le PAM (UNHAS) a augmenté sa fréquence de vols depuis juin et a positionné de façon permanente un avion à Kananga au Kasaï Central et dessert  la ville de Tshikapa au Kasaï avec trois vols hebdomadaires.  Ainsi, les personnes les plus vulnérables sont plus aisément accessibles par les acteurs humanitaires.

« Nous avons lancé cette intervention d’urgence dès que des fonds ont été disponibles » a déclaré Claude Jibidar, Représentant et Directeur du PAM en RDC. « Nous avons ciblé les plus vulnérables parmi les vulnérables et l’accès à ces personnes déplacées est également lié aux conditions de sécurité. Cependant, avec presque un million et demi de personnes déplacées dans la région du Kasaï, un soutien financier additionnel des donateurs est nécessaire pour que le PAM intensifie ses opérations et puisse venir en aide à davantage de personnes déplacées rendues vulnérables ».

Un grand nombre de personnes ont fui leurs villages en raison du conflit qui a éclaté dans la région du Kasaï en août 2016. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), il y a environ 1,4 million de personnes déplacées dans les provinces du Kasaï. En outre, plus de 31 000 personnes ont fui la région vers l’Angola, pays voisin. Avec 3,8 millions de personnes déplacées au total, la RDC abrite le plus grand nombre de personnes déplacées internes d’Afrique.

La forte dégradation de la sécurité alimentaire de la population est principalement attribuable aux déplacements de populations causés par la recrudescence des conflits et à l’invasion des cultures par des chenilles dans le pays. Le PAM continue de se coordonner avec la FAO et d’autres partenaires afin de servir les personnes les plus vulnérables dans la région du Kasaï, ainsi que dans d’autres parties du pays.

 

Pour plus d’information, contactez (email address: firstname.lastname@wfp.org):

Claude Kalinga, WFP/Kinshasa, Mob. +243 81 700 6714