Un an après le séisme, les haïtiens regardent vers un avenir sans faim

Publié le 11 janvier 2011

Le PAM mène des programmes de repas scolaires et « d’argent contre travail », et fournit un soutien nutritionnel aux femmes enceintes et allaitantes et leurs enfants afin d'établir une fondation nutritionnelle ferme et durable en Haïti. 

Copyright: WFP/Anne Poulsen

Un an après le tremblement de terre, le PAM aide les haïtiens à se remettre de cette catastrophe et à reconstruire un avenir sans faim. Nos programmes d’assistance alimentaire fournissent des repas scolaires, protègent mères et enfants de la malnutrition, facilitent la reprise économique et soutiennent les petits agriculteurs.
ROME – Il y a tout juste un an, Haïti a été dévasté par le séisme le plus dévastateur de ces deux derniers siècles. La communauté humanitaire a lancé une opération massive d’urgence pour répondre aux besoins immédiats des sinistrés. Notre rôle était de fournir une assistance alimentaire aux survivants. Regarder l'album photos
 
Une fois la phase d’urgence achevée, les opérations concentrées jusqu’à lors sur le court terme, ont été adaptées pour relever les défis sur le long terme. Aujourd’hui, 12 mois plus tard, le PAM vise à aider le pays à devenir auto-suffisant et à faire face à d’autres catastrophes naturelles. 
Ceci n’est pas facile et nécessite des progrès dans plusieurs domaines. L’assistance alimentaire joue un rôle fondamental. Voici 4 haïtiens qui reçoivent le soutien du PAM alors qu’ils contribuent à améliorer la sécurité alimentaire de leur pays.
 
Elève ambitieuse
Marie Anika, 8 ans, veut devenir banquier. Aujourd’hui, elle vit sous une tente à l’endroit même où se trouvait sa maison avant le tremblement de terre. Mais cela ne l’empêche pas d’aller à l’école ou même de penser à son avenir grâce aux repas scolaires qu’elle reçoit tous les jours. Lire article
 
 
Future esthéticienne
« Il est difficile de trouver un emploi en ce moment, » explique Cassandre Chery, 28 ans, qui suivait une formation d’esthéticienne et faisait un peu de jardinage avant le séisme. L’argent qu’elle gagne en participant aux activités de « Vivres et argent contre travail » du PAM lui permet d’acheter de la nourriture et de scolariser ses enfants. Lire article
 
 
Mère soulagée

Farah Bocage lavait le linge dans la cour, avec sa fille Nephtalie, lorsque le séisme a frappé. Elles se sont échappées mais leur maison, qui a été construite sur la terre réclamée, s’est écroulée sur son mari.Depuis, la vie n’est pas facile mais Farah est soulagée de savoir que ses filles reçoivent la nutrition dont elles ont besoin grâce à une pâte d’arachide enrichie distribuée par le PAM. Lire article

Producteur laitier

Jean-Claude Belizaire représente le type de personne que le PAM considère comme étant incontournable dans sa stratégie de soutien à la production locale. Producteur laitier, Jean-Claude possède une petite ferme qui fournit du lait pour les cantines scolaires du PAM. Lire article