Mieux nourris pour mieux étudier en RDC

Publié le 26 septembre 2013

Le PAM distribue des repas scolaires dans près de 250 écoles dans le Nord-Kivu où se trouvent des milliers de personnes déplacées par les récentes violences dans la région.

Copyright: WFP/Djaounsede Pardon

Tous les jours, plus de 125 000 enfants reçoivent un repas chaud et nutritif du PAM dans les territoires de Nyragongo, Masisi, Lubero et Rutshuru en République Démocratique du Congo (RDC). Distribués dans près de 250 écoles primaires dans le Nord Kivu, ces repas favorisent l’accès à l’éducation et la nutrition et contribue à la stabilisation et la consolidation de la paix.

par Djaounsede Pardon

MUGUNGA, NORD KIVU - Il est 9h30. Le coup de sifflet retentit à l’école primaire Uamsho située à un jet de pierre du camp des déplacés de Mugunga3. Tout à coup, les écoliers prennent d’assaut la cour de l’école. Certains poussent des cris de joie tandis que d’autres se bousculent autour des bassins remplis d’eau, posés devant chaque classe pour le lavage des mains. 

«C’est l’heure de la première recréation et du partage des repas scolaires» indique Faustin Nzabonimpa, directeur de l’école. L’école d’Uamsho abrite plus de 2600 élèves venus majoritairement du camp de Mugunga3, situéà environ 10 km au sud-ouest de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu.

«Les repas scolaires constituent un vrai soulagement pour nous les parents, surtout déplacés. Ils nous épargnent des dépenses alimentaires en cette période difficile où nous sommes coupés de nos champs à cause de l’insécurité» a déclaré Evariste Kabunga, président du comité des déplacés.

Nouvelle vie de déplacé
Marié et père de sept enfants, Evariste a été forcé de fuir son village, Kibumba (au nord de Goma) en 2012 après des affrontements armés opposant les forces gouvernementales aux rebelles du M23. Depuis lors, Evariste et sa famille ont entamé une nouvelle vie, celle de déplacé interne, d’abord au camp de Kanyaruchinya, puis à celui de Mugunga3. Trois de ses enfants sont alors inscrits à l’école Uamsho et bénéficient des repas scolaires.

«Grace aux repas scolaires, les enfants sont contents d’allerà l’école » précise Evariste.  «Pendant ce temps, les parents profitent pour entreprendre de petits travaux journaliers ou de petits commerces afin de couvrir d’autres besoins supplémentaires de la famille.»

Les repas scolaires sont aussi une motivation pour les enseignants, qui déjeunent avec les enfants et pour les mamans cuisinières qui reçoivent des rations à emporter.

Une paix durable
En RDC, en partenariat avec UNICEF et des organisations non-gouvernementales, le PAM met en œuvre des programmes de repas scolaires dans les zones à l’insécurité alimentaire et dans les zones de retour afin d‘améliorer les taux de scolarisation et de  sécurité alimentaire. 

Pour Evariste et des milliers d’autres déplacés le rétablissement rapide d’une paix durable leur permettra de rentrer chez eux et de reconstruire leur vie.