Mali: les rations du PAM offrent une bouée de sauvetage aux familles déplacées par le conflit

Publié le 20 janvier 2013

Les familles déplacées arrivent à Mopti où elles reçoivent des rations du PAM.

Copyright: WFP/Jane Howard

Plus de 200 000 personnes ont fui leur maison suite au conflit qui sévit au nord du Mali depuis l’an dernier. Ces déplacements de populations ont exacerbé une crise alimentaire provoquée par la sécheresse. Malgré de nombreux défis logistiques et sécuritaires, le PAM œuvre pour nourrir la plupart des familles déplacées.
MOPTI – Ils arrivent dans des bateaux longs et très étroits sur le fleuve Niger. Ce sont presque tous des pêcheurs qui ont fui le conflit au nord du Mali et se sont rendus à Mopti pour recevoir des rations alimentaires du PAM.
À quelques mètres, des transporteurs chargent les «pinasses », ces bateaux traditionnels très colorés, de cartons d’assistance alimentaire à destination de Tombouctou.
Rokiyatou fait partie des personnes qui sont venues chercher des rations de farine enrichie, de pois cassés et d’huile. Elle est enceinte de son deuxième enfant. Son mari a été attaqué et retenu par des groupes armés dans la ville de Nafounkeh, près de Tombouctou. Elle est partie pour protéger ses enfants et vit désormais sur une île. «Je sais combien cette nourriture du PAM est importante pour mon bébé et cette assistance est mon seul espoir,» déclare-t-elle.
Le conflit qui a éclaté au Mali en 2012 a déplacé des dizaines de milliers de personnes qui ont trouvé refuge soit ailleurs dans le pays soit dans les pays voisins.
«C’est la guerre»
La plupart des personnes déplacées vivent chez des familles d’accueil mais certaines habitent dans des campements improvisés comme celui de Sevare près de Mopti. Oumou, mère de deux jumeaux, était en train de balayer sa tente lorsque je l’ai rencontrée. «J’ai dû partir en raison des tirs constants. C’était la guerre. Ici, au moins, je reçois du riz et des petits pois,» indique-t-elle.
À quelques centaines de mètres, dans l’école de Wailirde, l’administration a dû élargir l’enceinte du bâtiment pour installer des tentes afin d’héberger les familles déplacées, 272 enfants et 8 enseignants. 
Amadou Niangaly, Directeur de l’éducation à Mopti, a exprimé sa reconnaissance au PAM d’avoir fourni des repas- le petit-déjeuner et le déjeuner- aux enfants dans le cadre d’un programme de repas scolaires d’urgence. «Ils venaient tous le ventre vide et lorsqu’on a faim, il est impossible de se concentrer et d’apprendre,» explique-t-il. 
Par ailleurs, le Mali se remet sur pied suite à une sécheresse dévastatrice et des taux de malnutrition très élevés. L’année dernière, le PAM a nourri 1,2 million de personnes au Mali dont 270 000 au nord du pays où l’accès humanitaire est très restreint en raison de l’insécurité. En collaborant avec 9 ONGs au nord, le PAM concentre son action sur la prévention et le traitement de la malnutrition chez les mères et les enfants de moins de 5 ans.