Inondations à Dungu,RDC: le PAM poursuit son assistance auprès des victimes un mois après le déluge

Publié le 17 décembre 2012

 

Plus de 12.000 victimes des inondations, sinistrées et familles d’accueil, ont reçu une assistance alimentaire du PAM.
Copyright: WFP/Jude Salumu

 

Le mois dernier, suite à des pluies torrentielles, des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans maison ni rien à Dungu dans le nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC). À ce jour, plus d’un mois après les inondations, les trois-quarts ne peuvent toujours pas rentrer chez elles.
par Jude Salumu
C’était la nuit, début novembre. Une pluie torrentielle s’est abattue sur Dungu, territoire au nord-est de la République démocratique du Congo, à la frontière avec l’Ouganda. Pendant huit jours la pluie n’a pas cessé. Les crues se sont multipliées et chaque jour de nouvelles maisons, souvent construites en matériaux légers comme le pisé, se sont écroulées. Ainsi quand la rivière Kibali a débordé, la maison de Louise Yamoni n’a pas pu résister. 
«J’ai perdu ma maison, mais aussi mes chèvres et mes canards», raconte cette veuve de 54 ans, qui s’occupe seule de ses 12 enfants. Elle vit depuis chez des voisins, qui ont eu plus de chance qu’elle et ont encore un toit. Elle dort dehors cependant avec sa famille. «Depuis que nous avons reçu des vivres, des bâches et des moustiquaires, ça va un peu mieux». Mais pour le moment, pas question de repartir, elle n’a pas les moyens de reconstruire sa maison et reconstituer son cheptel.
Elodie Magindriko a vu plus d’une trentaine de maisons s’écrouler autour de chez elle, les unes après les autres. La sienne tenait toujours debout. Sa fille et ses quatre enfants sont venus chercher refuge chez elle. Hélas le 15 novembre, elle a dû se rendre à l’évidence après l’effondrement d’un premier mur, sa maison aussi commençait à tomber. Sa famille est allée s’installer ailleurs. Désormais, elle dort à la belle-étoile, et ne peut plus faute d’espace et de clientèle vivre comme elle le faisait de son petit débit de boissons locales. 
En tout plus de 12.000 victimes des inondations, sinistrées et familles d’accueil, ont reçu une assistance alimentaire du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Dès le 12 novembre, le PAM a distribué des rations de 30 jours, d’autres distributions ont commencé et se poursuivront pour couvrir les besoins pendant trois mois, le temps que chacun puisse se remettre au travail, réparer les dégâts et retourner dans les champs.