10 raisons de faire face au défi de la nutrition

Publié le 17 mars 2010

En Haïti comme ailleurs, le PAM mène des campagnes nutritionnelles ciblées.

Copyright: WFP/David Orr

 

On comprend le plus souvent la malnutrition comme un manque de nourriture. Mais pour la plupart du milliard de personnes sous-alimentées dans le monde, le cœur du problème est la carence en vitamines et minéraux qui entrave leur développement physique et intellectuel. Par conséquent, le défi consiste à assurer à ces personnes un accès aux bons aliments au moment juste. Voici dix raisons pour lesquelles le monde doit surmonter ce défi :

1. Sauver des vies

La malnutrition est la première cause de mortalité infantile - plus que le SIDA, la tuberculose et le paludisme réunis. Elle explique plus d’un-tiers des décès chez les enfants de moins de 5 ans, soit 3,5 millions d’enfants par an.

2. C’est faisable !

Nous avons les connaissances, le savoir-faire et les moyens pour prévenir la sous-alimentation infantile dans les pays en développement. Selon la Banque mondiale, 3,6 milliards de dollars suffisent pour fournir les aliments nécessaires à tous les enfants malnutris au monde.

3. Dégâts irréversibles

Des études scientifiques, notamment un article du journal médical anglais « The Lancet », révèlent que, faute de nutrition adéquate pendant les deux premières années de la vie, le développement physique et mental d’un enfant est gravement compromis. 

4. Déterminant en cas d’urgence

Fournir des micronutriments essentiels dans les urgences contribue à sauver plus de vies. Après un tremblement de terre, comme récemment en Haïti, la malnutrition constitue une réelle menace, alors que les personnes sinistrées cherchent de la nourriture. Lire article

5. Prévenir les maladies

Les personnes malnutries sont plus vulnérables aux maladies comme le paludisme et la tuberculose. En effet, la sous-alimentation est responsable d’un-tiers des décès infantiles et 11% des maladies au monde.

6. Prévenir la malnutrition sévère

Il vaut mieux agir avant que la malnutrition ne s’aggrave. Les coûts associés à une intervention d’alimentation complémentaire, qui prévient la malnutrition, s’élèvent à environ 40 à 80 dollars par an. En revanche, le traitement d’un seul cas de malnutrition sévère coûte 200 dollars.

7. Réduire les risques de retard de croissance

La malnutrition aigüe provoque un retard de croissance, ou un taux de croissance inférieur à la moyenne. Près de 200 millions d’enfants souffrent d’un retard de croissance dans les pays en développement - beaucoup d’autres en sont menacés.

8. Les coûts économiques

La malnutrition entraîne des coûts économiques considérables – une enquête en Amérique Centrale et en République Dominicaine a révélé que les pertes économiques dues à la malnutrition infantile s’élèvent à 6,7 milliards de dollars par an, soit 11,4% du PIB.

9. De nouveaux produits

Il existe désormais une nouvelle gamme de produits pour lutter contre la malnutrition. Par exemple, la poudre enrichie en micronutriments ou ‘Sprinkles’ peut être saupoudrée sur les plats cuisinés et ne coûte que quelques centimes d’euro. Album Photos

10. Bâtir une base nutritionnelle forte

Combattre la malnutrition aujourd’hui soutient la santé des générations à venir et leur donne la capacité de réussir.

 

Plus d'informations sur le PAM et la nutrition (en anglais)