FAQ


1 – Le monde manque-t-il de nourriture ?

Il y a suffisamment de nourriture dans le monde aujourd’hui pour que tout le monde puisse s’alimenter décemment et mener une vie saine et productive.

2 – Qu’est-ce que la faim?

La sensation de faim, un creux à l’estomac, est universelle. Mais la faim se manifeste sous plusieurs formes qui sont mesurées de manières différentes:

  • La sous-alimentation est utilisée pour décrire les personnes dont la consommation alimentaire leur fournit un apport de calories (énergie) en deçà du minimum requis pour une vie active. Actuellement, plus de 840 millions de personnes sont sous-alimentées dans le monde, la plupart d’entre elles sont dans les pays en développement.
  • La malnutrition signifie « mal nourri », mais il s’agit en réalité de ce que nous consommons ou pas. La malnutrition est caractérisée par le manque d’apport en protéines, d’énergie et de micronutriments et par des infections et maladies fréquentes. Faute de nutrition adéquate, les gens meurent d’infections banales comme la rougeole ou la diarrhée. La malnutrition est déterminée non pas par les aliments ingurgités mais par des mesures physiques, notamment le poids, la taille et l’âge.
  • L’émaciation ou le dépérissement est un indicateur de malnutrition sévère qui résulte de facteurs récents et graves menant à une perte de poids conséquente. C’est principalement le résultat de famine et ou de maladie. 

3 – Qui sont les personnes sous-alimentées?

Malgré l’impression que peuvent donner les medias, moins de 8% des victimes de la faim se trouvent dans des situations d’urgence. Peu de gens réalisent que 805 millions de personnes dans le monde ont faim et souffrent en silence sans faire les gros titres– ils représentent plus de monde que les populations des Etats-Unis, du Japon et de l’Union Européenne réunies. Ils sont de tous âges. Des bébés que les mères ne peuvent pas allaiter, aux personnes âgées sans famille pour s’occuper d’elles. Ce sont les habitants des bidonvilles sans emploi, les fermiers sans terre labourant celles des autres et les orphelins du SIDA ou d’autres maladies qui ont besoin d’aliments spécifiques pour survivre.

Par dessus tout, ce sont les enfants, les femmes et les communautés rurales qui sont les plus vulnérables à la faim.

4 – Où se trouvent les personnes qui ont faim ? 

Environ trois quarts des personnes sous-alimentées vivent dans des zones rurales à faibles revenus des pays en développement, principalement dans des régions agricoles à risque. Toutefois, la proportion de personnes sous-alimentées dans les zones urbaines ne cesse d’augmenter.

En Afrique subsaharienne, plus d'une personne sur quatre reste chroniquement sous-alimentées, et c’est en Asie, région la plus peuplée du monde, que se concentrent la majorité des personnes souffrant de la faim: 526 millions.

5 – Les chiffres baissent-ils?

805 millions de personnes dans le monde souffrent encore de la faim. La FAO confirme une tendance positive qui a vu le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde diminuer de plus de 100 millions au cours des dix dernières années et de plus de 200 millions depuis 1990-92.

Aujourd’hui une personne sur neuf n’a pas accès à une nourriture suffisante pour être en bonne santé et mener une vie active. De ce fait, la faim et la malnutrition constituent le risque sanitaire mondial le plus important  -- plus que le SIDA, le paludisme et la tuberculose réunis.

6 – Quels sont les effets de la malnutrition?

La malnutrition regroupe plusieurs problèmes comme la maigreur extrême, un gabarit réduit, une déficience en vitamines et en  minéraux (le manque de fer provoque l’anémie), ou même l’obésité. Elle est mesurée selon les indicateurs suivants:

L’émaciation ou le dépérissement est un indicateur de malnutrition sévère qui mène à une perte de poids importante. C’est souvent le résultat d’une famine ou d’une maladie.

Le retard de croissance est un indicateur de malnutrition chronique qui reflète l’état nutritionnel d’une population sur le long terme. Il est calculé en comparant l’âge et le poids d’un enfant avec ceux d’enfants d’une autre population de référence, bien nourrie et en bonne santé.

L’insuffisance pondérale est calculée en comparant l’âge et le poids d’un enfant avec des enfants d’une autre population de référence bien nourrie et en bonne santé. Environ 146 millions d’enfants dans les pays en développement présentent une insuffisance pondérale.

7- Les micronutriments sont-ils importants ?

Les carences en micronutriments – les vitamines et les minéraux - sont très importants et touchent près de deux milliards de personnes dans le monde. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les carences en fer, en vitamine A et en zinc sont parmi les dix premières causes de décès par maladie dans les pays en développement.

  • La carence en fer est la forme la plus fréquente de malnutrition, touchant environ 2 milliards de personnes dans le monde. La carence en fer nuit à la productivité d’un pays et empêche le développement cérébral.
  • La carence en vitamine A est une cause majeure de cécité chez les enfants dans les pays en développement. La carence en vitamine A peut augmenter les risques de mort suite à des diarrhées, de rougeole ou de paludisme.
  • La carence en iode touche 1,9 milliard de personnes dans le monde. Environ 20 millions d’enfants sont nés avec des handicaps mentaux parce que leurs mères n’avaient pas consommé suffisamment d’iode pendant leur grossesse.
  • La carence en zinc contribue à un retard de croissance et à une réduction des résistances immunitaires chez les enfants ; elle est responsable de 800.000 morts infantiles par an.